Naviguer un jour… naviguer pour toujours ?

Le marin d’antan cherchait le vent; le marin moderne, un Wi-Fi Spot.

Pour conclure, ce que je veux ajouter au sujet de la croisière à plein temps, c’est que c’est beaucoup plus facile qu’il y a 30 ans quand j’ai commencé. C’était avant le Wi-Fi et le GPS. Maintenant, vous n’êtes plus jamais seul. J’ai trois instruments électroniques à bord. un profondimètre, une tablette et un téléphone intelligent. Basta.

Je sais toujours où je suis à 3 mètres près en regardant la position de mon petit bateau sur ma tablette. Position que je peux confirmer en repérant  autour, les amers qui y sont aussi indiqués et un coup d’oeil vers la profondeur d’eau relevée par mon profondimètre. Si ma tablette tombait en panne, mon téléphone intelligent me donnerait les mêmes informations.

Je ne suis plus jamais loin des miens, car je peux échanger en temps réel avec ma blonde à la maison ou avec mes petits-fils où qu’ils soient et où que je sois (ou presque). Avec une connexion Internet, nous nous faisons une petite vidéo-conférence. Mes amis me suivent sur mon blogue où j’écris de courts articles journaliers ou sur Facebook où je pose un commentaire avec une photo ou une vidéo.

Quand vient le temps de trouver un ancrage ou pour tout autre information sur les marinas ou autres services dont je pourrais avoir besoin sur la route, j’ai mon guide de croisière interactif mis à jour en temps réel par la communauté de marin qui sont branchés sur Active Captain. Ils me font aussi des commentaires et des recommandations, selon leurs expériences respectives de ces lieux ou de ces services. Le tout sans frais d’aucune façon. Si j’étais un peu plus grégaire, je pourrais même m’y faire des amis et nous resterions en contact en temps réel à longue d’année.

Je me contente d’utiliser leurs connaissances pratiques des lieux que je n’ai pas encore fréquentés lors de la planification de mes prochaines étapes ou de mes prochains périples. C’est une mine d’or de références de première main, mise à jour constamment par des gens qui ont le temps et le goût de partager leur bonheur de vivre à bord à plein temps. Ils sont des milliers à vivre cette vie de nomade à travers le monde; la preuve que c’est facile et accessible qu’on ne l’imaagine.

Quand je les rencontre occasionnellement, je leur fais un clin d’oeil ou un signe de la main.

Parfois, sur un quai municipal ou une place publique près du port, on se croise, on se reconnaît et on entame une conversation qui parfois nous mène ailleurs… là où l’on risque de se recroiser un jour ou l’autre.

Jusqu’à l’âge de …

Je ne connais pas la réponse à cette question. Je n’ai pas vécu jusque-là, encore…

Ce que je sais, c’est que la perspective de poursuivre cette vie de nomade sur l’eau, sans devenir un voyou des mers pour autant, me plaît énormément maintenant que j’en ai fait l’expérience à quelques reprises. Jusqu’où vais-je pouvoir le faire? Je l’ignore. Ce que je sais toutefois c’est que si je m’y prépare bien, je risque de pouvoir le faire encore un bon bout de temps.

J’ignore s’il y a un âge-limite. Tout ce que je sais c’est que je rencontre des gens un peu plus vieux que moi qui naviguent toujours. Il me vient à l’esprit George, ce vendeur de chaussures du Mid-West américain rencontré dans les Bahamas dont je vous ai déjà parlé. Aux dernières nouvelles, George navigue toujours. Puis, plus récemment Mike, 93 ans, ce vieux voileux de Deltaville qui s’offre encore la descente en Floride tous les ans avec son petit catamaran de 24 pieds. Les routes et leurs périodes de navigation sont faites pour le portant donc plus facile pour les vieux, justement.

Mon plan de vie future : Liberté 90

Je suis encore jeune pour penser aux dernières années, mais je m’y prépare pour continuer aussi longtemps que possible. Mon plan à moyen terme, me préparer à naviguer aussi longtemps que mes forces me le permettront. Maintenant que je sais que mes finances, quant à elles, le pourront. J’ai encore de bonnes randonnées à faire à la voile dans les Antilles, puis, quand je n’aurai plus la force de lever les voiles, je prendrai la route de la Grande boucle.

La Grande boucle, c’est cette randonnée sur une année en Amérique du Nord avec un parcours qui suit les saisons afin de se balader dans une température clémente à longueur d’année . Elle passe par les Grands Lacs, le Mississipi, le Golfe du Mexique, la Côte est et le retour par le Maine ou l’Hudson et le Lac Champlain. Une randonnée que l’on peut faire et refaire à plusieurs reprises sans vraiment jamais s’arrêter tout à fait aux mêmes endroits. Une opportunité de poursuivre une vie active plaisante et enrichissante.

Bon départ, les amis!

Faites-moi signe lorsqu’on se croisera sur la route.

 

Philippe André Pelletier navigue depuis une trentaine d’années qui l’ont amené, à partir du Québec vers le sud jusqu’en Grenade et vers l’est jusqu’en Méditerranée.

Cette année, il a décidé de commencer à nous faire profiter de ses expériences avec un premier guide de croisière : Le guide nautique des Bahamas disponible bientôt en version électronique.  

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s