Partir

Ma réflexion et mes propositions autour de l’idée de…

                                                                                                « Vivre à bord à plein temps. » 

Mon expérience et mes observations m’ont amené à développer une vision personnelle pratique et réaliste de la possibilité de réaliser ses rêves les plus fous de vie à bord de son voilier ou de tout autre voiture d’eau qui nous inspire. D’autre part, je crois que la durée de la période de vie active possible après le métro-­boulot­-dodo est assez longue (une trentaine d’années) maintenant pour que cela vaille la peine de s’y investir et en profiter. 

J’aime surtout partager ma conviction que vivre à bord en croisière à plein temps est beaucoup plus facile et accessible que l’on pense en général, si on questionne certains mythes et idées reçues. Voilà l’échange informel que je vous propose au moyen d’une série d’articles basés sur mes expériences personnelles des trente dernières années pour vous aider à explorer vos propres possibilités et trouver votre voie.

L'ancrage de rêve

L’ancrage de rêve

Si vous rêvez de partir en croisière, mais…

Je vous propose une occasion de valider, ici et maintenant, avec le seul risque de vous y laisser prendre, la faisabilité de votre rêve et d’explorer avec moi, certaines de ses modalités possibles. Cinq questions que je vous propose d’explorer pour guider notre conversation et votre réflexion. Surtout, pas nécessairement dans l’ordre dans lequel on se les pose habituellement. Ce qui justement nous mène parfois à retarder, rater ou même oublier notre grand départ.

1 ­ Vivre à bord… seul ou avec d’autres ?

2 ­ La croisière… au large ou le cabotage ?

3 ­ Partir… pour un an ou pour tout le temps ?

4 ­ Le bateau idéal… pour la course ou pour ma croisière ?

5 ­ Le budget… une contrainte ou un moyen ?

                      6  Naviguer un jour… naviguer pour toujours ?

 

« Pendant que l’on attend de vivre, la vie passe. »         Sénèque

Mais avant tout, permettez-moi de me présenter à travers mes propres expériences de partir en croisière  à la voile pour me situer et mettre en perspective mes opinions sur ce sujet. Pour illustrer mon propos, permettez-moi de vous donner d’abord un bref aperçu de mes départs successifs à différents moments de ma vie de nomade des mers volontaire.

Premier départ : Au lac avec La Chatte, un catamaran de 5 mètres.

C’est sur ce cata de sport que j’ai fait mes premières expériences qui s’apparentaient à la voile camping. J’avais justement découvert la voile lors d’une excursion en camping sur la Côte est américaine quand j’y avais aperçu pour la première fois des multicoques qui arrivaient et repartaient de la plage en un clin d’oeil. À 30 ans, ce fût le coup de foudre.

La ChatteJ’ai consacré l’hiver suivant à construire ce prototype à partir de plans achetés en Californie, là où ces engins étaient déjà très populaires au début des années ‘7o. Parallèlement, je dévorais le Cours de voile des Glénans qui était déjà la bible des marins à l’époque. Au printemps, ma première mise à l’eau effectuée sur le Lac des Deux-Montagnes, au Nord-ouest de Montréal m’a ouvert tout un monde d’exploration et un moyen de le faire que je n’avais jusqu’alors jamais soupçonné.

L’été suivant, je le passais sur le Lac Champlain dans le nord de l’État de New York, un paradis d’explorations et de découvertes, de risées, de frissons, de longs bords exaltants  et d’ancrages paisibles au soleil couchant.  Tout ça à moins de deux heures de Montréal et accessible avec un budget de jeune enseignant et père de famille.

Second départ : Dans les Antilles sur Maïté, un monocoque de 9 mètres

MaÏté seule - EditedDéjà, cela semble plus sérieux comme projet de croisière. Je me souviens toutefois que même aux Bahamas, après avoir descendu la Côte est américaine en cabotage, j’étais sur le plus petit bateau de la communauté de plaisanciers qui, rendus aux Bahamas, en était déjà à leur première étape. Si pour certains, l’aventure de partir n’est que le projet d’une année sabbatique, pour quelques autres, George Town, était le tremplin de départ de ce qui m’a amené jusqu’en Grenade sur une période de deux ans à bord de mon petit monocoque.

J’ai poursuivi l’aventure en solitaire par la suite pendant quelques années dans les îles Vierges et les petites Antilles à offrir la croisière amicale aux amis et amis des amis jusqu’à ce que je me laisse prendre à l’idée de le faire plus sérieusement.

Troisième départ : Hera dans les îles du nord et du sud

HERA

Avec ma compagne de vie d’alors, nous avions décidé de nous lancer en affaires avec Hera, un catamaran de 11 mètres que nous utilisions pour faire des sorties journalières aux îles de la Madeleines, un petit coin du Québec au large de l’île du Prince-Édouard en été. Puis, en hiver, nous offrions des croisières à la semaine à partir de St.Maarten. Les Croisières Au jour le vent m’ont permis de prendre conscience de la grandeur et de la misère de cette business qui n’a pas duré plus de deux saisons malgré la grande promesse de bonheur de vivre de ce genre de vie à la retraite.

Peut-être que mon erreur a justement été de l’avoir expérimenté trop tôt dans ma vie active de travailleur et de m’y être engagé dans cette perspective plutôt que dans une perspective de retraite active comme plusieurs réussissent à le faire.

Quatrième départ : l’Intracostal sur Brigadoon, jusqu’aux Bahamas.

Après un intermède de près de 20 ans, où j’avais repris la vie de travailleur autonome presque à plein temps, je me suis laissé aller à partir de nouveau vers le sud à bord d’un monocoque de  7m50, en solitaire,  cette fois-ci. Notez la tentative de le faire sur le plus petit bateau possible, un défi que je vous encourage à considérer quoiqu’il va à l’encontre des conseils de tous les vendeurs de bateaux. Il peut, à mon avis, avancer votre départ de 5, 10 ou 20 ans. Ou mieux encore, vous assurer de passer du rêve à la réalité.

photo-jerry4.jpgEn descendant et en remontant la Côte est américaine lors de la saison 2011-2012, j’ai retrouvé ma passion pour la vie à bord en solitaire. Pas vraiment seul, en cabotage sur un circuit très fréquenté par les Snow Birds comme on appelle tous ces Canadiens qui s’offrent le plaisir de la navigation vers la chaleur du Sud pour prolonger le plaisir trop court à nos latitudes.

Cette année, je me suis offert une variante sur le thème en accompagnant mon ami Jean-Guy aux Bahamas sur son trawler de 34 pi. Une expérience proche de celle de la croisière à la voile, surtout pour les parties de descente et remontée de l’Intracostal ou les petits sauts de crapauds d’île en île dans la chaîne des Exumas.

Cinquième départ : Liberté 80 sur la Grande boucle

Quand j’aurai refait une autre fois le tour des petites Antilles et que je serai prêt à prendre ma retraite, je me propose de le faire sur mon voilier actuel, SurpriseS, un monocoque de 8m50 qui sera mon compagnon sur la Grande boucle. Un parcours de plus de 5 000 miles nautiques ou plus selon les différentes variantes possibles. Un voyage qui se fait aisément sur une année en suivant l’évolution de la température pour voyager en tout confort tout au long de la route. À partir de Montréal, elle nous fait remonter à la tête des Grands Lacs pour redescendre par le Mississippi et les canaux du Tennessee pour atteindre la Floride et remonter ensuite la Côte est.

img 20141008 122413

Ma maison de retraité

Je me joindrai alors à une cohorte d’environ  200 plaisanciers qui font une variante de ce parcours chaque année, en voilier ou en trawler au sein de l’America’s Great Loop Cruisers’ Association. Une communauté d’intérêts qui s’est formée au cours des ans et qui aujourd’hui offre des services d’encadrement et de soutien aux nouveaux venus sur ce sentier bien balisé.

Ma vision d’une retraite en douce dans un environnement qui me plaît plus que tout autre qui pourrait m’être offert dans les différents établissements spécialisés.

 

Rendez-vous la semaine prochaine pour explorer ensemble une première question fondamentale :

« Vivre à bord… seul ou avec d’autres? »

 

Diaporama

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s