Plaisancier ou marin

Ça dépends des jours. Hier, en remontant la May River je vous faisais un petit clip de la belle vie des plaisanciers à la voile.
Aujourd’hui en remontant la Beaufort River, je vous fais une photo de marin bien habillé pour les intempéries. Je vous montre les deux aspects pour vous dire que lorsque je ne vous montre que du beau temps, c’est parce que c’est tout ce que j’ai à vous montrer. Même si je sais qu’à ce moment de l’année, ça fait contraste avec ce que vous vivez au Québec.
 20170425_083908

Mardi le 25 avril. Marquez la date sur le calendrier parce qu’il pleut finalement aujourd’hui après 10 jours de beau temps ensoleillé et chaleur. C’était vraiment une surprise ce matin de voir ça. Je vous en parle parce qu’on pourrait penser que je choisi que les meilleurs moments et que je raconte des histoires de beau temps à perpète.

J’ai passé une bonne nuit à l’ancre à Hilton Head hier soir. Un endroit où j’aime bien m’arrêter. Chic et sympathique. Les deux mots qui caractérisent le mieux cet endroit de villégiature et de ville de la Caroline du Sud.
Aujourd’hui, je remonte la Beaufort River, (prononcez biou-forte) jusqu’à la ville du même nom, j’espère. Je garde toujours une petite gêne de dire clairement et précisément où je m’en vais en voilier. Comme je disais au monsieur qui me posait la question hier au poste d’essence :  » Je monte un peu plus vers le nord; je ne peux en dire plus. » C’est vrai aujourd’hui aussi.
J’ai atteint tout à l’heure, la borne kilométrique SM 545, parti de 975 dimanche dernier, ça me fait tout de même 360 MN si je converti. C’est dans ma moyenne. Je compte me régate à ce rythme à  Myrtle Beach (SM 365) dans une semaine plus ou moins. La je perdrai une petite pause pour aller passer un petit moment avec ma Pénélope. Elle est venue me retrouver à Fort Lauderdale je mois passé. Je peux bien m’offrir le plaisir de la rejoindre à mon tour.
Ça va être le temps des fleurs en plus. Belle occasion!
Publicités

Mon chemin de Damasse

Ça va faire une semaine ce soir que j’ai quitté mon ami Jean-Guy à Port Sainte-Lucie et je suis très avancé déjà sur la route du Nord.
Une importante dépression au centre de l’Atlantique maintient un système stable ici avec des vents d’Est; je me croirais dans les alizés. En plus il fait beau soleil ces chaud mais, avec cette belle brize c’est très confortable. Je raconte tout ça pour rassurer ceux qui s’imaginent​ que remonter l’Intracostal est une tache ardue. Cette semaine en tout cas, c’est le bonheur total.
20170419_120819
En passant à Titusville, je me suis offert le lancement de la fusée de la NASA. Même pas eu besoin de m’arrêter j’y étais à l’heure pile de la mise à feu. Impressionnant. Le bruit surtout. Un vrombissement sourd sans pareil.
Une nuit au quai municipal de New Smyrna Beach á Ponce de Leon Inlet. C’est une gracieuseté de la municipalité et toujours une belle occasion de jaser avec les locaux qui fréquentent ces belles installations en grand nombre.
 20170421_133321
Mais mon expérience d’apprentissage de la semaine, je l’ai vécue à un de mes arrêts favoris, tout juste après la traversée de la rivière St-Johns qui monte à Jacksonville.
En arrivant au quai du parc municipal près​ de Jacksonville​ où je m’arrête toujours, il y a déjà deux gros: un Trawler de la Floride et un « Million dollars Cruiser » avec un grand drapeau canadian, un couple de Toronto.
Quand je les remercie d’être venus attraper mes amarres, je me présente mais je sens rapidement que la conversation est plus fluide entre Dan et Terry qu’avec Philippe.
Bon!?!
Je mets une pâte à pain à lever et je je vais prendre une douche. Comme je dis souvent, « on ne peut pas empêcher un cœur d’aimer » . On ne peut pas le forcer non plus, je suppose. Il n’en demeure pas moins que lorsque je vois les Canadians être invités à prendre l’apéro chez les Floridiens, je reste avec un petit arriere-goût au fond de la gorge.
Pour me consoler, je me fais cuire une pizza qui était délicieuse, soit dit en passant.
Coup de théâtre! Je suis dans la pénombre en train de finir mon deuxième verre de vin en rêvant un peu lorsque du coin de l’œil, j’aperçois Dan qui revient d’aller faire pisser son chien pour la nuit et qui m’offre gentiment de venir prendre un digestif à bord du M$Cruiser.
Je suis poli et pas rancunier. J’accepte.
Penélope pourrais vivre dans un de ces bateaux. Je n’ai pas pris de photo à l’intérieur, car je trouve ça impoli, mais je n’ai jamais rien vu de tel. Ce bateau construit en Angleterre est un bijou de 54 pi de long. Imaginez​ le salon!
Mais le meilleur est à venir. Nous avons une conversation sympathique où nous nous rejoignons sur plusieurs aspects de la vie d’aujourd’hui. Puis de la croisière et de la communauté des plaisanciers. Et là on est en groupe mixte, Voilier et Cruiser, mais ça ne se voit pas.
Quand je mentionne entre autre que je fais mon pain, Kathy me fait : « Oh, it must be delicious, home made bread. ». J’avais une douzaine d’oeufs et du bacon. Je les ai invités à déjeuner le lendemain matin à bord de SurpriseS. Ils sont sur la Grande Boucle depuis l’automne et elle dit que c’est la première fois qu’on les invité à déjeuner.
 20170421_085409
On s’est quitté presque les larmes aux yeux, sachant tous les deux comment on s’était trompés au premier regard. Car de ça aussi, on a parlé.
Ni l’un ni l’autre d’entre nous ne sera tout à fait le même lors d’une prochaine occasion semblable

Paysages urbains

Après tous ces couchers de soleil encadrés de palmiers peut-être arrive-t-on à un moment donné à se demander s’il existe d’autres beaux paysages marins. C’est ce que je me propose de vous faire voir depuis ma rentrée dans le monde intense à Miami.

Le paysage nocturne que nous a offert P-O, mon photographe invité dans les Keys, lorsque nous nous sommes ancrés dans « The stadium », juste en face de la ville, est de toute beauté. C’est un ancrage que je vous conseille pour une nuit si vous êtes près de Miami. Incluant le Party Boat qui était ancrés près de nous et qui nous a offert la musique jusqu’à 21h. Bien raisonnables les petits.

La suite, c’est la quinzaine que ma offerte Pénélope à la Marina Las Olas downtown Fort Lauderdale Beach.

20170404_095154

Là aussi, révision majeure de mes préjugés. F.L. est une ville jeune, moderne, vivante, gourmet, artustique. Rien à voir avec nos villes dortoirs où nous jouons au golf dans des développements « 55 and over ».

20170404_114832

F.L., même deux semaines après le Spring Break regorgeais encore de sa faune « 25 and under  » qui décore Océan Ave comme ce n’est pas possible. Même les golfeurs y trouveraient à voir.

L’autre tentative de faire autrement, ce fut de promener Pénélope à moteur dans les canaux. Ça nous a permis de voir qu’il y avait tellement plus encore que l’ICW, Mais pas au point de me reconvertir à moteur encore. C’est l’endroit pour voir la folle dépense de près dans des châteaux inhabités ou des Megayacht à quai.

20170404_152228

Quelqu’un me faisait remarquer que Spielberg qui y en a un des plus gros accosté juste là sur la droite en entrant, à la Marina BayaMar, ne dors même pas à bord. Il dort dans sa suite à l’hôtel adjacent.

De même, hier soir en rentrant à la rame vers mon bateau dans le Lac Boca Raton, je frolais les châteaux pour me protéger du vent. Dans un des rares qui était habité, j’ai vu par le mur vitré que les gens à l’intérieur regardaient la TV.

Comme ceux du faubourg un peu plus loin. Ça ne change pas la vie; juste là grandeur de l’écran.

Key Largo peut-être!?!

Key Largo peut-être!?!

La dernière fois qu’on s’est parlé, nous étions sur le point d’aller faire de la plongée sur les récifs de coraux  de Key Largo. Une belle expérience qui m’a ramené quelques années à arrière quand j’en faisait dans les Bahamas. C’est Pascale qui en a eu l’idée quand on s’est rendus compte que le vent allait tomber pour les trois prochains jours. Elle y en avait fait avec ses parents quand elle était adolescente et se rappelait d’une belle expérience.

Il faut avoir une température favorable avec des vents à moins de 10 Nds, 5 de préférence parce que l’expédition implique que nous  coucherons à l’ancre à l’extérieur de la chaîne des keys. Il y a une île ici et là pour nous abriter, mais partiellement dans certains cas. Quant aux Marinas, elles n’ont pas toutes la profondeur requise par un quillard.
Nous sommes entrés par le sud, sous le pont de Long Key Bight, près de Lower Matecumbe, là où nous avion passé la nuit précédente en provenance de Marathon. Une belle journée de voile sur le banc.
Si vous regardez la carte, c’est tout un banc de corail que nous pouvons explorer. Il y en a plus que l’on peut faire en une semaine. Nous en avons exploré deux en deux jours et c’était différent d’un de l’autre. Pas les têtes de corail les plus colorée,  mais une variété de poissons que je n’avais pas vue ailleurs.
Le tout est facile d’accès avec des mouillages sur le récif même. Vous débarquez en plein dedans. Puis le retour à l’ancrage se fait  bien en contournant le banc que vous avez exploré.
Et au bout du compte, le tout est à une petite journée de voile de Miami et des marinas et mouillages de Biscayne Bay,  un des endroits où  je vois le plus grand nombre de voiliers sur l’eau de toute la Côte Est.
Et tout ça très facile d’accès directement de Montréal.
Rappellez-vous que la pub des Keys dit que « C’est les Bahamas moins le Gulf Stream!  » 😉
Au fait, quel temps faut-il au Québec ces jours-ci?
Le printemps de fait-il Sentir? 😊 😈😇