De New York au Lac Champ

20170606_095509.jpg

Rendu à New York il reste au moins une semaine de route pour atteindre le Lac Champlain, ma  destination habituelle. C’est là que je commence à ressentir « l’appel de l’écurie » comme le vieux cheval qui rentre à la maison pour la nième fois. C’est là que je suis plus en mode « que se passera-t-il ensuite » que en mode « ici et maintenant ». Si d’autre part, vous le faites pour la première fois, gardez-vous plutôt deux semaines de plaisance en remontant doucement cette rivière qui a été explorée par nos ancêtres,  les premiers colons français, au XVIIième siècle. Vous étiez trop pressés de descendre à l’automne et je vous comprends mais là, qu’est-ce qui vous presse avec la température qui ne se décide pas à se réchauffer au nord.

clone tag: 1128102424863488874

User comments

Prenez un mouillage à la 79ième avenue, là où l’architecture est plus recherchée, et aller faire un tour en ville. Vous débarquerez à la hauteur de Central Park et vous aurez une belle marche à faire sur la 5ième avenue jusqu’à Battery Park; question de vous délier les jambes après ce long bout assis, à moteur. Ou faites comme moi et allez jeter l’ancre derrière la Statue de la Liberté et traversez à bord d’une des nombreuses petites navettes.

Au prochain ancrage, à Croton-on-Hudson, vous y êtes tout près de la célèbre prison de Sing-Sing qui même si elle abrite encore un millier de prisonniers vous propose aussi un musée à visiter qui est coté 3,5 Étoiles sur Trip Advisor. Pour amateurs avertis : http://www.singsingprisonmuseum.org/about-sing-sing-prison.html

Screenshot_20170607-145609

En remontant doucement, vous voudrez admirer au passage les installations impressionnantes de West Point, la célèbre Académie des forces réunies qui forme l’élite militaire américaine et qui modelé l’évolution de cette société. Une architecture impressionnante bâtie à l’origine comme une forteresse sur cette section stratégique de l’Hudson à cause son rétrécissement. Quand j’y suis passé là la première fois il y a plus de 40 ans, avec mon ami End Sussdorf de Port Kent, nous nous étions arrêtés à la marina et étions allés marcher sur le Campus.  Impressionnant.

Un plus haut sur la Rive Gauche, la petite ville de Newburg vous accueillera avec ses festivals d’automne sur les quais. Un arrêt incontournable si vous passez en fin de semaine. Prenez le temps d’aller marcher en ville ici aussi et admirez le décor d’une petite ville de compagne américaine typique.

À partir de là et jusqu’au moment où vous serez contraints de démâter, vous aurez encore l’occasion de faire de la voile, parfois assistée, mais tout de même, avec un vent de secteur sud, c’est possible de prolonger le plaisir. Puis les images pittoresques sont juste là dans la rivière. Elles prennent la forme de jolies petites maisonnettes qui servaient de Phares pour la sécurité de la navigation fluviale qui est encore présente surtout sous la forme de grandes barges avec lesquelles vous allez partager le cours d’eau jusqu’à Withehall ou presque.

Offrez-vous un quai gratuit à Kingston et allez manger en ville avant de poursuivre la route vers Catskill où vous allez démâter le lendemain. Remarque que si vous êtes encore jeunes et en convoyage, vous pouvez aussi utiliser la potence du quai de Casseltown un peu plus haut sur la rive opposée; une option moins dispendieuse, mais qui n’est plus de mon âge.

Parce que Catskill, c’est l’endroit où on se spécialise dans la manipulation des mâts. Deux Marinas : Riverview, en entrant sur la droite et Hop O Nose, après le tournant sur la gauche. J’ai utilisé les deux fournisseurs avec autant de satisfaction à un endroit qu’à l’autre. De pros qui vous accueillent gentiment et qui travaillent avec soin. Ils vous permettront même d’y laisser vos supports de mât que vous ne voudrez pas  promener tout l’hiver dans le Sud. Petite précaution, enchaînez le tout et inscrivez-y le nom de votre voilier avant de ranger. Il arrive qu’un « remontant » à qui il manque un morceau se serve dans la pile de bois abandonné, ce qui est OK. Sauf que certains qui ne savent pas lire se trompent de pile parfois.

Catskill c’est aussi le point de ravitaillement et surtout à l’automne l’expo de sculptures de chats dans les rues de la ville. Une initiative de la Chambre de commerce qui organise un concours annuel et invite les artistes de la région à soumettre un projet qui est financé par les commerçants locaux pour une sculpture d’un chat d’environ un mètre de hauteur. Quand vous passez au printemps, ceux-ci sont exposés un peu partout en ville pour le plaisir des yeux. Et ce, jusqu’à la fin de juin quand ils sont vendus à l’encan au profit d’une oeuvre humanitaire locale. Un must au retour.

Votre prochain arrêt, la capitale, Albany qui elle aussi vaut bien le temps d’un tour de ville. Cette année, nous avons été pris au dépourvu car la marina municipale de Troy est en rénovation ce qui fait que celle de Albany était pleine. On a dû tricher un peu, les quatre bateaux remontants et on s’est amarrés au quai municipal qui affichait un avertissement de limite d’amarrage de 2 heures. On a fait ça en douce en espérant que ça passe et on y a finalement passé la nuit. Albany, c’est aussi l’endroit idéal pour les changements d’équipage ou d’embarquement pour les écluses qui seront au programme pour deux jours à compter du lendemain. Le « New Yorker » d’Amtrak qui quitte la Gare centrale à 10h le matin y débarquera votre « crew »  vers 18h comme ce fût le cas pour Jean-Guy qui est venu m’y rejoindre cette année pour les écluses et le sprint final.

Une première écluse à Troy puis 11 autres jusqu’à Withehall. C’est une journée et demie minimum ou deux jours et demie si vous prenez le temps de vivre et de faire un arrêt à Mechanicville ou Fort Edwards, deux municipalités qui vous accueillent sans frais au quai municipal, tout comme Withehall si vous vous gardez la dernière écluse pour le lendemain matin.  Comme je vous le suggérais plus tôt, prévoyez prendre le temps de vivre cette expérience unique des écluses du Champlain Canal plutôt que de vous énerver à faire ça à la course. Surtout cette année puisqu’eux aussi nous les offrent gratuitement à cause de leur 100 ième anniversaire. Vous y découvrirez des endroits accueillants, des gens sympathiques et vous prolongerez le plaisir de la plaisance avant de reprendre la vie trépidante du  metro-boulot-dodo.  Pardonne-moi le « Coup de Jarnac ».

De la sortie de l’écluse #12 à Withehall, à Chipman Point où vous allez remâter, il n’y a qu’une avant-midi de navigation à moteur dans une rivière sinueuse qui s’élargit progressivement jusqu’à vous convaincre que vous avez finalement atteint le Lac. Je vous propose Chipman Point Marina parce que je m’y suis toujours arrêté depuis plus de 40 ans et que de père en fils, le service est toujours aussi courtois dans un atmosphère familial. Et ce parce que grand-mère est toujours là pour superviser le tout.

clone tag: -210000516787509702

Cette année, j’ai passé tout droit, car ma destination finale était Boucherville, d’où je vous offre ce dernier billet de la présente remontée de la Côte Est 2017. La météo nous a fait un cadeau et nous avons navigué de Withehall à St-Jean-sur Richelieu en deux jours et demie avec un arrêt à Cole Bay devant le camp de vacance et un autre juste à l’extérieur de Deep Bay, un de mes mouillages favoris sur le Lac Champlain. De St-Jean, un arrêt à l’écluse de St-Ours pour aller souper chez Micheline qui nous avait invités à partager son repas et le lendemain soir, nous amarrions au Club nautique de Mézy à la surprise générale, car j’avais prévu ne rentrer que lundi.

Quand je vous dit que sur l’eau, c’est la météo, le « boss »! J’ai fait en une semaine, ce qui m’en a déjà pris deux. Mais là, j’ai une excuse, j’étais pressé de retrouver ma Pénéloppe avec qui je me propose de passer la saison de nos amours.

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Annapolis : La Mecque

Quand je pense voile, la ville qui me vient à l’esprit c’est Annapolis. À peu près à mi-chemin de la remontée de la baie Chesapeake, pour moi c’est La Mecque de la voile sur la Côte Est.

Vous me direz que c’est plutôt Newport Rhodes Island et je serais d’accord avec vous aussi. Nous ne sommes pas des intégristes, nous n’en sommes pas à une « Mecque » près.
Ce printemps-ci,  j’y suis suis rentré le Lundi du Souvenir. Aucun vent sur la baie mais un milier de bateaux de pêche  pour le plus gros tournois de la saison. Ça faisait tout un train de vagues croisées. Mon Pilote automatique en a perdu le Nord. J’ai du barrer presque toute le randonnée.
IMG_20141019_102608-EFFECTS
La ville est accueillante et les gens ont l’esprit ouvert. Au bar du Pusser’s Landing, c’était bondé comme toujours. J’ai proposé à un jeune couple dans la trentaine de m’assoir à leur table à 4. En dedans de 10 minutes nous étions en grande conversation, Mary, Cole et moi sur des sujets variés dont la politique et la vie d’aujourd’hui en particulier.
Une conversation tout à fait intéressante avec deux jeunes qui travaillent et habitent à Washington DC, à une demie-heure d’ici en auto. Elle est lobbyistes, il est en marketing, ils sont tous les deux Républicains (mais pas red neck, nuance) et ils s’étaient fiancés vendredi soir. Elle était si fière de montrer sa bague. Nous avons eu une excellente discussion à partir du moment où il m’a parlé de son projet de venir fêter son enterrement de vie de garçon à Montréal l’été prochain, au point que ceux heures plus tard, on ne voulait plus se quitter.
Ça, c’est le prix de consolation de voyager seul. Ça facilite les rencontres. Je dis ça mais en même temps, je me souviens que la dernière fois que nous sommes passés ici Jean-Guy et moi, la même chose s’était passée sur la terrasse d’un café de l’autre côté de la rade du port avec un couple un peu plus âgé, de Washington, eux aussi.
 IMG_20150520_173214651
Cette année l’eau est tellement haute que le stationnent devant les bureaux du Maitre de port est inondé. Image différente de cet endroit. Ce qui reste c’est l’occasion de voir des bateaux uniques ici tant par leur originalité question​ par leur grandeur. Mais surtout des bateaux pour faire la régate, car il y en a toujours une en cours; et des bateaux-écoles aussi.
J’ai profité de mon arrêt pour aller me chercher un Génois usagé chez Beacon Sails, les rois de la brocante de bateaux, pas juste des voiles. Tout pour le fouineur. Je me suis retenu. Le plus cocasse s’est passé quand ils m’ont offert une voile usagée en Milar. Non merci, j’ai déjà donné. Celle que j’ai rapporté va faire l’affaire pour quelques années.
Je vous ferai une photo sous voile pour le prochain post. Elle est moins sexy que la précédente mais elle devrait être plus fidèle.

En remontant la Chesapeake

Je me croyais presque rendu à Annapolis. Hum! J’étais ambitieux ou du moins optimiste. Ça fait presqu’ une semaine de ça et l’ancrage où je passe la nuit est encore à une trentaine de miles de Annapolis. C’est SurpriseS, le petit bateau près du bouton vert dans la baie. Un ancrage du côté Est de la Baie c’est rare. Nous avons l’habitude de naviguer cette baie en frôlant la côte Ouest où se trouvent nos arrêts favoris:  Deltaville, Solomon’s Island et Annapolis.

Screenshot_2017-05-28-16-18-35

Cette semaine toutefois, je me suis joué le tour en partant de Hampton Road en même temps que mes collègues d’ancrage de la dernière quinzaine, Éolia et Luciole qui avaient décidé de partir tôt pour remonter la Baie d’une traite en une trentaine d’heures. Je suis donc arrivée à la hauteur de Deltaville à l’heure du lunch. Un peu tôt pour m’arrêter pour la nuit. J’ai donc suivi les autres jusqu’à la hauteur de la Potomack River, celle qui mène à Washington.
20170527_113730
Quand vous voyez ce phare qui rappelle la »toupie » de l’entrée du Saguenay, voys êtes dans la Chesapeake.
J’aime​ un petit ancrage que je connais bien sûr la pointe sud de la rive de la Potomack. J’y ai passé la nuit hier alors j’étais déphasé aussi pour Solomon’s Island. C’est ainsi que j’ai fait la découverte de cette baie assez ouverte à  l’entrée de Little Choptank River où je suis maintenant. Pas de problème toutefois car les vents prévus ce soir sont annoncés légers de direction variables.
Tout ceci fait suite à trois jours passés à attendre notre fenêtre météo pour aborder la remontée de la baie. Heureusement que j’ai pris l’initiative d’inviter ÉOLIA et LUCIOLE dans mon petit ancrage favori à Hampton Road passé la James River qui le sépare de Norfolk. Pour moi c’est le point idéal pour une escale que ce soit en descendant ou en remontant. Surtout quand le ventre souffle pendant trois jours au-delà de 15Nds. L’ancrage devant les quais de la Marina municipale est un véritable trou d’ouragan. Puis la ville est accueillante et les gens de la Marina aussi, même si nous sommes au mouillage. On a pris des douches comme jamais pendant ces trois jours.
 FB_IMG_1496009827172
Puis là aussi, on a fait la fête! Dîners de famille chaque soir où chacun apporte un plat. J’en ai profité pour leur proposer mes fameux « crab cakes » à la manière du Delaware. Un régal. On s’est aussi régalés de la pizza de Renald; une pizza bien garnie. Céline qui aime bien être l’hôtesse à fait en sorte que nous avons mangé à bord de Éolia chaque soir pendant une dizaine de jours. Ça me fait tout drôle de me faire mon hamburger avec pommes de terre sautées en tête à tête avec moi-même hier soir. Heureusement que ma Pénélope a eu la bonne idée de me proposer une petite vidéo-conférence tout à l’heure à la hauteur de Solomon’s. Je ressens moins les signes de retour en mode marin solitaire de cette façon.
Demain Annapolis!
Je vous raconterai…

Great Bridge Bridge.

C’est le nom du pont près duquel nous avons passé la journée.

Parti de Beaufort il y a presqu’une semaine, je me rends compte que je vous néglige, mes équipiers virtuels. C’est que j’ai été rejoints par mes amis et que ça occupe les soirées, ces séances de jasette-là.

C’est un autre rythme de voyager en petits groupes. Nous l’avions fait un petit bout avec ÉOLIA, en descendant, Jean-Guy et moi. Puisque ça avait été​ une experience agréable, j’ai acceptée de me rejoindre à eux et d’autres gens aussi simplement sympa sur LUCIOLE que je vous ai présenté dernièrement.
Au besoin  je leur sert de « lapin » dans les sections du canal qui leur paraissent plus douteuses en terme de profondeur d’eau car les deux autres sont un peu nerveux à ce propos. J’ai un plus court tirant d’eau, donc je peux le aider en passant devant.
Une nervosité qui est exacerbée par les « faux avertissements » trop fréquents sur notre guide de croisière : Active Captain qui s’avère un précieux aide, autrement. Pour les mouillages, les quais gratuits, l’évaluation des Marinas et le prix de l’essence, c’est un précieux compagnon. Mais pour les avertissements de dangers, il y a trop de « petits vieux frileux » qui y ont contribué. Faut dire que le modèle développé par ce guide virtuel prévoit que la communauté contribue à son développement en ajoutant des commentaires. Ce qui fait sa force Mais parce que pour encourager la participation, on remet une casquette pour un certain nombre de contribution. Y a des plaisanciers de l’ICW qui doivent changer de casquette à chaque jour. Puis il y en a d’autres qui sont tellement haut placés qu’un ne peut distinguer s’ils portent la casquette ou le Haute Forme.
 20170519_145452
Ceux-ci sont toutefois très gentils. La grande majorité d’entre eux prennent le trunks fee miss demander la permission de nos dépasser souvent pour minimiser la vague. Ce à quoi nous acquiescons en précisant que nous allons ralentir pour leur faciliter les choses.
Autre éléments qui est un petit peu stressant dans l’intercostal, surtout quand il prend la forme d’un canal, ce sont les barges poussée par un petit Tug. Celle que l’on a croisée juste avant North Landing Bridge avait l’allure très particulière. C’est grâce à elles que nous avons accès à ces canaux bien entretenus et ces ponts ouvrants. Ce sont nos amies.
 20170521_142508
Hier nous sommes entrés à Great Bridge où nous sommes restés aujourd’hui pour profiter des quais gratuits que la municipalité mets à notre disposition à une douzaine de miles avant Norfolk. Une petite ville charmante avec tous les services dont nous avons besoin. Alors le lavage à été fait ce matin et l’épicerie sera complété plus tard cet après midi.
 20170522_114657
Ainsi, nous serons équipés pour entreprendre la remontée de la Baie Chesapeake où j’ai des amis à visiter avant de redescendre celle du Delaware.
Oups. J’allais oublier Annapolis
Georgetown, un must!

Georgetown, un must!

Je suis passé à Savannah il y a quelques jours, mais je ne suis pas arrêté. Je suis passé à Charleston hier et je ne m’y suis pas arrêté non plus. Pour un gars qui se dit « pas pressé », je commence à avoir l’air d’un « Convoyeur de Yacht ».

Le dois dire pour ma défense que je m’amuse follement à faire des pointes à plus de 6Nds par vents portants soutenus depuis vous savez quand. Puis, au sport, comment dit-on? « Ne pas briser une suite gagnante. » Où est-ce plutôt au poker?
Trop de ce plaisir coquin a eu raison de mon attache de halebas de baume que j’ai dû trafiquer hier en fin d’apres-midi.
P_20170425_102505_HDR
 À mon ami Gerald qui me demandait si j’allais régulariser la situation rendu au Lac, je ne pouvais que répondre: « Si ça tient jusque là, pourquoi le changer? » À suivre…
J’ai fait de bonnes provisions juste avant Savanah, alors, je suis indépendant. Surtout depuis que j’ai organisé ma douche camping pour la prendre à l’intérieur. J’ai aménagé la toilette en douche avec des filets de silicone un peu tout le tour. En fait, cette toilette est grande comme un compartiment de douche classique de toute façon.
Donc, je m’offre les mouillages forains de la Géorgie et de la Caroline du Sud malgré les imposants changements de direction de courants avec la hauteur des marées​ de plus de 2 mètres. Ma nouvelle ancre Bruce fait un très bon travail de se raccrocher deux fois durant la nuit.
Mais là, j’en profite pour vous raconter tout ça parce que ce soir, je fais une exception. Je m’arrête à mon port chouchou, Georgetown, SC. Pourquoi là plutôt qu’ailleurs? Parce que la première fois que je m’y suis arrêté, en 2014, on m’a invité à manger des huîtres. C’était un dîner bénéfice au profit d’une école secondaire privée(ouais, ici elles sont vraiment privée), dédiée a l’apprentissage des arts.
 IMG_20141109_144244
Puis la ville est assez petite et beaucoup fluvialle, donc avec des installations accueillantes pour les plaisanciers. Incluant des quais municipaux gratuits de jour et un ancrage de nuit confortable.
Puis le plaisir d’aller marcher en ville et me rappeler le café-terrasse où j’ai mangé un croissant avec Landon, mon ami Texan (j’en ai un seul) qui voyageait comme moi sur un petit bateau de 24 pi en 2012. Un jeune homme de grande valeur. Puis il a voté pour MrT, cette année. Ouais! Demain matin, je vais aller déjeuner au « Compas Café », un « Dinner » des plus classique où je mange avec Jean-Guy quand il est à bord.
 20170428_084113
Aujourd’hui c’était d’avec Louis, un gars très sympathique qui navigue sur « Ô Surprise » Un voilier de la Marina de Neuville. On est fait pour s’entendre mais ça va être mêlant pour les Américains qui vont nous entendre nous appeler sur la VHF16.
Il s’était arrêté pour me dire bonjour hier soir à l’ancre dans le port, car il avait reconnu « SurpriseS » qu’il avait déjà vu il y a quatre ans à Cap à l’Aigle. Là où un mécano par très compétent avait diagnostiqué que mon Atomic4 avait rendu l’âme. Vous vous souvrnez!?!
Hors, donc, c’est pour ça que je m’arrête à Georgetown, SC, parce que je m’y retrouve. Et après deux semaines en solitaire sur le « Chemin de Saint-Jacques de Compostelle », un marin d’eau douce à besoin de voir du monde.