20 ans plus tard.

La dernière fois que je suis sorti en mer pour une traversée d’une semaine, je me rappelle encore à quel point nous étions excités, Michèle, Louis et moi sur HERA. Nous avions bien écouté notre routeur sur ČIGONE, en compagnie de Marius, Jean-Guy et celle que nous avions baptisé « Grand-maman troisième œil » que Louis dans sa grande générosité avait embarquée en cours de route.

Nous sortions tout juste au sud du Cap Hatteras, en direction de St.Maarten. et nous étions énervés pas juste un peu. Tester notre nouveau catamaran pour vrai en changeant d’équipiers en cours de route pour que tout le monde y goûte.

En fait, nous y avons gouté mais pas tout a fait comme prévu. Tout le monde se rappelle de cette fameuse traversée du Triangle des Bermudes qui nous a laissé un petit sourire en coin quand on entend parler de routeur, Jean-Guy et moi. Celui qu’on avait payé 100$US, alors, c’était tellement royalement planté que nous avons encore des détails nouveaux à raconter chaque fois qu’on se la remémore.

Le routeur du Capitaine, en sortant de Savannah en direction du Cap Hatteras doit coûter beaucoup plus cher car, mes deux copains sont branchés depuis les deux dernières heures que j’ai prises à sortir le bateau de la rivière du même nom.

Ted avait un grand nombre d’amis qui lui souhaitaient bonne route sur Facebook et Gill recevait pour sa part ses voeux d’anniversaire. Puis enfin, ils ont relu le long courriel du routeur.
Ah! Les jeunes aujourd’hui, pas moyen de les décrocher de leur internet.
Ted a même un branchement SSB pour continuer à recevoir ses courriels en mer. Comme ça, le routeur peut continuer à lui faire peur avec le pronostique météo et le rassurer avec son analyse. Je ne sais pas si ça marche mais il avait la dyharrée ce matin en sortant.

Last Call !!!

 

On a bien mangé. Juste un partir mot pour vous garder accrochées.

Mais déjà vous pouvez voir qu’on est prêts pour la grande traversée.

Allez, Buena notre, les amis. Demain c’est l’homme qui prend la mer. Votez comme il est prêt à partir du bon pied.

PS pour le courriel de Gill, c’est gbarlow@gmavt.net.

Merci Jean-Guy pour le drapeau rouge.

Boire beaucoup d’eau

Il y’a deux façons de prendre l’eau en convoyage de yatch. La première, avec toute cette pluie qui nous tombe dessus à cause de ce troisième froid froid en une semaine, un record, je crois. La deuxième, suivre les conseils de Gill qui nous harcèle avec son : « Faut boire beaucoup d’eau pour ne pas avoir de crampes. » Il a sûrement raison mais Jean-Guy va être d’abord avec moi que c’est tout de même un peu plus fade après quatre heure de l’après-midi.

Mais je dois avouer que la politique de « pas de boisson en traversée » est tout à fait appropriée. Combinée avec le fait que « le boss » est végétarien, je vous entend dire d’ici, mais je savais quand je me suis engagé.

Ceci étant dit, vu que dans l’intracostal, nous nous arrêtons chaque soir, à l’ancre ou à la Marina, comme ce soir, nous nous posons un petit passe-droit. À l’épicerie, aujourd’hui, je las ai initiés tous les deux au vinier pour l’air cabernet sauvignon. Deux convertis du coup.

Nous attendons toujours que le vent tourne et s’éloigne du nord-nord-est afin de pouvoir prendre la mer. Mais aujourd’hui, nous avons décidé de ne pas attendre sur place mais de nous avancer dans l’intracostal vers Charleston au moins, d’ici la prochaine fenêtre météo, mardi.

Ça à fait du bien de faire le point et de régler les prétoires réparations qui s’aggravaient notre Capitaine. Il veut conserver son beau bateau en état nickel malgré l’usage et je le comprends.

Il est 21h et nous profitons tous les trois du Wi-Fi pour garder le contact avec vous tous et toutes. Et en profiter pour partager nos musiques favorites. La dernière était une suggestion de Ted : « La vie en rose » de par Piaf, en anglais.

Demain, l’arrière pays du sud de la Géorgie.

Buon Pasqua a tutti!

Joyeuses Pâques a tutti. Je viens tout juste de m’en rendre compte en ouvrant ma tablette.

Vous savez à quel point on peut perdre la notion du temps quand les jours se suivent et se ressemblent trop. En bien nous en sommes là, exactement une semaine plus tard.

Sauf pour un petit soubresaut en partant, la vie est « un long fleuve tranquille » depuis quelques jours. Nous avons un  » routeur », un spécialiste météo qui nous fait peur au jour le jour avec ses pronostiques de m mauvais temps avec vents du Nord qui nous invite à ne pas sortir en mer et nous roulons par une belle journée ensoleillée dans l’ICW avec un petit vent à 5Nds dans le nez.

Oui, vous allez me dire que ça souffle plus fort en mer, mais tout de même, nous avons des voiles pour les vents de toute sorte. J’en viens à la conclusion que c’est comme à Météo Média; il y fait toujours plus mauvais que dehors autour de la maison.

Nous faisons un arrêt technique à Savannah ce soir pour nous consoler et nous comptons bien prendre le large demain matin à la première heure. Même pour deux jours seulement s’il le faut.

Entre temps, je suis passé d’apprenti marin au large à conseiller des passages difficiles par l’intérieur. Après tout ça fait un bon moment que je le fait ce circuit intercostal.

Gardez espoir, vous devriez me perdre de vue pour quelques jours si tout va bien…

PS Demain, c’est l’anniversaire de naissance du plus jeune; il aura « ses 65 ans » demain. On va devoir fêter cela ce soir.
PPS Si vous aviez le temps de lui envoyer un courriel de bons voeux de circonstance, en français. Ça ce serait tout un cadeau inattendu: son nom est Gill et son courriel, gbarlow.