Le boss, c’est la météo

Hum… Je suis un peu embêté d’entreprendre cette page de blog. Réglons ça tout de suite j’ai triché un petit peu et j’ai posté le précédent article par anticipation, puis la météo m’a joué le tour.

IMG_20171029_102916.jpg

En conséquence je me suis jamais arrêté à Atlantic City mais j’ai poursuivi vers Cape May. Tout ça pour vous dire que le thème de mon article d’aujourd’hui c’est : « Le boss, c’est la météo! » Un message que j’avais préparé à l’intention de mes amis qui au moment de « Partir en mer et vivre à bord », se posent la question existentielle : « Qui sera le maître à bord, apres dieu : lui ou elle? »

Tout ça a commencé quand mon ami Michel m’a envoyé un petit message une heure avant que j’arrive à Atlantic City pour me parler de Philippe une tempête importante qui s’annonçait pour le secteur de la Cote Est de l’Atlantique.

Après avoir analysé la progression de cette dernière sur Windy et vérifié le détail pour Atlantic City et Cale May sur SailFlow, je me suis rendue compte que je perdrais mon temps de rester là. En effet j’avais deux jours d’attente pour la tempête, et deux jours dans une marina à 3$/pi pour la laisser passer. Plus une autre journée avant de pouvoir reprendre la route ça n’avait plus de sens. Par contre à 16h de l’après-midi une belle alternative se présentait : prendre la mer avec un vent de moins de10Nds de face et moins de 2 pieds de vague à 45°. Même si ça devait monter un peu selon SailFlow, je serais à Cape May avant minuit.
IMG_20171027_180449
Je me suis donc à offert la traversée et effectivement, la mer à monté un petit peu plus et la vitesse a diminué d’autant plus, ce qui a fait que j’ai testé mon nouveau gindeau à 3h30 du matin après une soiree complète dans la machine à laver. Parti le matin à 9h, j’étais rendu à mon cinquième quart quand Albert à mouillé l’ancre. Heureusement que Charlie Brown a tenu le coup à la barre, sinon je ne sais pas dans quel état l’homme de vigie serait entré à destination. Tout ça pour vous dire que c’est Madame météo qui a déterminé l’aventure. Elle a exagéré un peu, mais c’était prévu dans le pronostic de SailFlow; pas de surprise de ce côté.
IMG_20171028_132951.jpg
Au matin un beau soleil radieux me tire du lit vers 8h30 et le vent du sud qui me faisait opposition la nuit dernière devient soudainement mon complice pour me proposer de remonter la Baie du Delaware aujourd’hui. Coup d’œil rapide à la table des marées pour me rendre compte qu’elle remonte à compter de 10h pas de temps à perdre on s’en va en haut avec un courant portant toute la journée. Je le sais par expérience c’est ce qu’on a fait l’an dernier sur le Trawler de Jean-Guy, accompagnés de Luc et Céline sur Éolia.
IMG_20171028_153456
À cette différence près que cette année avec le Génois grand ouvert je faisais des pointes à 8.5Nds en passant les de ce beau virus phare du Delaware. cCe qui fait que Albert à jeté l’ancre à Chesapeake City à 20h samedi soir. Notez que là aussi, j’ai été l’esclave de Madame Météo qui m’a fait faire 10h de navigation continue. Et profiter de ce look spectaculaire au moment d’entreprendre le C&D Canal en suivant un « pousseur de barge ».
IMG_20171028_181252.jpg
Mais c’est elle aussi qui me permet de me reposer pendant 2 jours et de vous écrire afin, lundi après-midi, en direct d’un charmant petit village du Delaware. Dans une petite baie au fond des bois; là où il fait bon entendre le vent, mais en rescentir très peu les effets.
 Screenshot_20171030-095459.png
Publicités

Voici Albert

Permettez-moi de vous présenter Albert. Petit rappel historique d’abord, Albert c’est un bon bonhomme que j’ai rencontré lors de mon premier boulot à l’américaine Biltrite à Sherbrooke. Je travaillais alors comme dessinateur d’équipements mécaniques pour l’équipe d’entretien. Albert c’était un bon vieux monsieur qui se faisait une fierté de s’occuper des boulots les plus difficiles les plus salaud. Alors quand je pense à un travailleur de l’ombre à quelqu’un qui va travailler dur je pense Albert. C’est pour ça que c’est le nom que j’ai donné à mon nouveau guindeau électrique.

IMG_20171027_092411.jpg

Je vous jure que mon dos et en particulier ma côte cassée pleuraient de joie ce matin quand il s’est occupé de remonter l’ancre. Mon dieu que ma vie va changer avec Albert à bord. Il complète bien mon équipe de soutien avec Charlie Brown à la barre quand je roule à moteur comme ce matin frisquet du New Jersey.
En passant, prennez note pour ceux qui vont me suivre qu’à partir du SM35 vis à vis de Barnagate Inlet, il n’y a pas épais d’eau, même dans le chenail, avec des bouts à 6pi tout juste, à marée basse. Assurez-vous que votre abonnement à TowBoatUS est bien en vigueur avant de vous y aventurer. Ça va se replacer à partir de Beach Haven, là où vous devrez laisser le marqueur rouge et vert « Lo » sur tribord contrairement à ce que vous suggère la « Ligne Magenta » mal tracée à cet endroit. Même commentaire pour la R114 un peti plus loin. Ne vous laissez pas tromper par votre écran. La réalité c’est pas à la TV; c’est dehors, au grand air, directement dans les yeux levés.
Screenshot_2017-10-27-12-49-37
Contrairement à ce que dit la carte, je suis dans 20 pi d’eau à cet endroit.
Je m’étais pourtant bien promis de passer par l’extérieur cette année pour éviter tout ces tracas, mais j’ai quitté trop tard la Marina de Manasquan et je ne voulais pas entrer de nuit à Atlantic City.
Une amie de longue date me demandait justement hier, si j’étais toujours aussi téméraire qu’à l’époque de années folles passées aux Bahamas. Je lui ai donné cet exemple pour monter que je m’étais assagi avec l’âge. Je dois dire aussi qu’après un long arrêt comme ce qui vient de m’arriver avec cette saga, j’ai besoin d’une journée facile pour me ré-amariner.
Ça a été comme une libération quand je suis passé sous les deux ponts levis du Point Pleasant Canal qui s’ouvrent verticalement. Belle symbolique!
IMG_20171026_110433.jpg
Puis une première journée complète sous voile, je ne me souvenais plus la dernière fois que ça m’était arrivé. Belle récompense pour le mauvais bout passé. À quelqu’un qui me demandait hier soir : « Comment vas-tu? », je n’ai pu faire autrement que de dire :  » C’est une question complexe à répondre ce soir. » Puis sans faire allusion au fait que j’ai le cœur brisé de ce qui m’arrive au plan personnel, ni non plus que j’ai cette douleur lancinante au dos qui persiste depuis plus de deux semaines, sans compter mon petit Tasmanian Devil qui n’en pouvait plus de faire du sur place. Je me suis contenté de répondre, un peu laconique, un « Ça va bien. »
 IMG_20171026_114606.jpg
Faut que je dise que je me suis promis il y a un bon moment de cela de ne jamais me plaindre de ma vie de bébé gâté. J’ai tendance à m’accrocher aux moments de bonheur plutôt que de traîner mes malheurs occasionnels momentanés. Après tout, je suis à l’ancre à Atlantic City, ce soir, que voulez vous de mieux. J’y ai découvert ce charmant bassin d’ancrage juste en face du Bellagio de Mr Chose là. Si vous allez tout au fond, vous pouvez allez sur une petite plage avec votre annexe et traverser la rue pour faire votre épicerie. C’est un des endroits les plus accessibles à pied sur la Jersey Shore.

Sur pause; se repose.

Bon bien là, je vous ai assez inquiétés. Avant que quelqu’un ne lance la Garde côtière américaine à mes trousses je vais vous expliquer un petit peu ce qui se passe.

J’ai fait une chute banale sur les quais à Albany et je me suis fracturé une côte. Ceux qui en ont fait l’expérience vous diront que ça fait très mal et qu’il n’y a rien d’autre à faire que de prendre son mal en patience, prendre des Tylenol et prendre son temps pour changer de position. Moi je vais ajouter que pour un marin qui navigue en solitaire, ça ajoute une contrainte majeure: incapacité de relever l’ancre.
Je me suis rendu, tant bien que mal au sud de New York à la première entrée sur le côte du New Jersey à Manasquan Inlet où j’ai un ami, Jim, qui m’a pris en charge il y a une semaine. Je suis ancré dans une petite baie, en fait, plutôt une mare aux canards qui s’appelle « The Glimmer Glass. Un endroit que je connaissais pour m’y être déjà ancré avec Brigadoon, il y a quelques années.
Screenshot_2017-10-20-17-25-12.png
Manasquan Inlet, c’est de toute façon notre première escale sur la Côte Est si on est un caboteur comme moi. Les plus aventureux filent directement sur Cape May avec une escale possible à Atlantic City au besoin. Mais moi, j’y vais mollo comme vous le savez.
L’avantage cette fois-ci, c’est que Jim habite deux villages plus au nord et qu’il va recevoir demain matin par UPS, mon tout nouveau guindeau électrique que j’ai commandé par internet. Entre-temps il vient me chercher à l’occasion pour un lunch ou un dîner, dont ce soir, où il va me présenter la femme de sa vie. Jim est un être tout à fait charmant de la côte du New-Jersey qui nous fait oublier tous nos préjugés au sujet des gens du « Jersey Shore », véhicule passé une célèbre comédie télévisée.
Nous nous sommes croisés dans une marina du Canal Champlain et après avoir dîné ensemble dans un restaurant avec Anne qui m’accompagnait alors et deux de ses amis qui tous les deux s’appelaient Joe, nous sommes devenus de bons amis. C’est pourquoi je n’ai pas hésité à lui donner un coup de fil en arrivant ici. Puis effectivement il a répondu de bon cœur à mon appel.
Ceci étant dit, l’endroit est tout à fait charmant avec des quais tout près où on me permet d’amarrer mon annexe pour aller au village.
IMG_20171019_102251.jpg
Je vous raconte tout ça tout simplement pour illustrer ma grande théorie en RH qui dit que si on veut se faire des amis en pays étranger la meilleure façon c’est d’avoir besoin d’aide et de le demander humblement. Je crois qu’il y a dans le cœur de chaque être humain un grand besoin de rendre service, d’aider son prochain. Malheureusement ce n’est pas l’image qui est véhiculée de ce temps-ci par les médias. Alors ce grand besoin reste inassouvi dans le cœur de la plupart d’entre nous.
Allez, plutôt que de déplorer l’attitude réservée ou froide de votre voisin, demandez-lui donc un coup de main. Vous m’en direz des nouvelles.
Bon dimanche!😊

New York, NY

Pourquoi je ne me tanne pas? Qu’est-ce qui fait que je suis encore émerveillé?
Mais parce que c’est New York! Voilà tout!
IMG_20171014_140552
À chaque année je me dis que je vais en revenir mais non pas du tout. Peut-être parce que je le fais avec une personne différente à chaque fois. Ou peut-être que c’est la météo et l’éclairage qui sont différents, mais New York ce n’est jamais répétitif.
De Croton-Harmon au pont Washington, c’est une petite journée de route, à voile ou à moteur. Le pont c’est l’entrée du port c’est aussi là que vous serez interpellé par la garde côtière où la police du Port de New York comme c’est arrivé cette année. Ils sont un tout petit peu plus nerveux que d’habitude et ils prennent le temps de parler à tous les voiliers qui descendent. Le tout, très gentiment par ailleur, avec une recommandation spéciale cette année de se rapporter à chaque jour que nous passons dans le port. Je ne crois pas que nous ayons à nous offusquer de leur sentiment d’insécurité.
Plusieurs plaisanciers s’arrêtent et prenne un mouillage à la marina de la 79e rue. Ce n’est pas mon habitude, non pas que le moulages soient dispendieux, à 20$, c’est très raisonnable. Mais parce que je n’ai pas de moteur sur mon annexe et le courant pourrait être trop fort pour que je puisse rejoindre la Marina.
received_1597766536947021
Je préfère aller m’ancrer dans le bassin derrière la Statue de la Liberté comme je l’ai fait cette année avec deux amis en Trawler. Yannick et Carine sur Costa Toutounas et Dominique et Nancy sur Lazy Daizy.
Le Centre-Ville est moins facile d’accès à partir de là, mais un taxi et un tour de métro (PATH) vous amène sur Manhattan à la hauteur que vous souhaitez. À partir de là, tout est permis, surtout si vous n’avez pas peur de Time Square d’où tout est permis.
IMG_20171015_143127.jpg
Cette année, nous nous sommes retrouvés dans une pizzeria de la Petite Italie. Deuxième visitée, la première avait une fille d’attente d’une heure.
Si vous y passez un dimanche matin offrez-vous le lunch dans le charmant Resto de Central Parc, là aussi il y a une attente mais vous n’êtes pas pressés vous êtes des plaisanciers. Quand vous aurez digéré l’addition ici ou là, vous serez prêt pour la descente vers Atlantique City et Cape May avec un premier arrêt à Manasquan Inlet.
Je ne m’arrête plus à Sandy Hook comme on le faisait dans le temps. Je trouve le bassin derrière Mme Liberty plus adéquat, mieux protégé de toutes parts. Ce qui n’est pas le cas à Sandy Hook à moins de descendre profondément à plus d’une heure de route de la pointe si le vent est du nord ou de l’ouest.
20160922_154659
Ainsi cette année j’ai quitté le bassin de Liberty Park à 8h30 et je suis rentré dans l’Inlet à Manasquan vers 15h30 ce qui est tout à fait raisonnable.
IMG_20171017_082958
Et c’est là que je suis accroché l’ancre pour une semaine dans le petit étang de Glimmer Glass derrière un antique pont levis.
Je vous raconterai…

Descendre l’Hudson

De Troy à Sandy Hook, comptez un peu plus de 130 MN de descente d’une rivière tranquille et bordée de plusieurs charmants endroits à visiter quand nous ne sommes pas en « convoyage de yacht ». Alors, puisque je vous ai proposé la descente en mode « slow food », cet automne, laissez-moi vous faire découvrir mes escales favorites.

J’ai habituellement un changement d’équiper.ère qui se passe en sortant des écluses. Le Albany Yacht Club Marina est tout désigné pour ça. Situé en face de l’autre côté de la rivière il est tout près de la gare de Amtrak à Renssalear pour rentrer à Montréal. Quant à moi je profite des commerces de proximité pour compléter ma garde-manger.
20170522_114657
Sinon, en face,  juste un amont du côté de la ville de Albany il y a des quais municipaux gracieusement mis à notre disposition pour un jour ou deux. Nous en avons profité avec Éolia et Luciole,  en remontant l’automne dernier. De là aussi, on peut faire quelques emplettes en ville au besoin.
 IMG_20171010_141625.jpg
À moins que vous ne descendiez en Trawler comme Yannick et Karine sur Costa Toutounas,  votre prochaine préoccupation sera de remater. Les plus jeunes comme Mathieu et Geneviève sur Harphang II, préféreront le faire eux-mêmes avec la potence à Castelnau tandis que j’accepterai qu’une des deux équipes de Catskill le fasse pour moi. Je n’oserais pas favoriser celle de Riverside Marina plutôt que celle de Hope O Nose ou vice versa. J’ai utilisé les deux avec grande satisfaction.
S’il vous reste du temps, une fois tout remonté et rassemblé, prenez la route pour deux petites heures et rendez-vous à Kingston, où un quai gratuit vous attends devant le l’ancien musée transformé en bar et restaurant, le Oh Savannah et son menu bar-café  est bien mais, vous n’êtes même pas obligé de consommer pour profiter de leur hospitalité. Mais tout de même…
IMG_20171011_120543
Laissez la petite Maisonnette-Phare de Kingston sur tribord en entrant
Ah, j’allais oublier. Sortez votre livre des marées car, deux petites heures se transformeront en trois longues heures si vous ne partez pas au bon moment. Bien oui, ça fait la différence même tout en haut de la rivière.
Plus loin, en descendant, vérifier si vous êtes au bon moment pour la Octoberfest à Newburgh. J’y ai passé un bel après- midi l’automne dernier. Comme si j’avais été un membre de la communauté tout le monde me faisait de belle façon et me jasais,  au bar et autour de la bouffe. Le tout agrémenté d’un orchestre local de premier ordre. Rien à voir avec Oscar Peterson que j’écoute en sourdine en écrivant ces mots, toutefois.
Sinon, la Shadows Marina de l’autre côté de la rivière à Poughepsye où je me suis arrêté ce soir offre un bon rapport qualité/prix, le Happy Hour inclus avec sa bonne musique rock des années 80.
À partir du milieu de la descente de la rivière il y a plein d’endroits attrayants où s’arrêter. Je pense entre autres à deux Yacht Club qui m’ont déjà accueilli: le Marlboro Yacht Club et le Washington Irving Yacht Club, sous le superbe nouveau Tappan Zee Bridge. L’avantage de ces Yacht Club c’est qu’il se composent de voileux comme nous qui ont le goût de partager leurs expériences et qui sont tous contents de vous accueillir pour entendre vos histoires.
IMG_20150525_151915322
Au Marlboro Yacht Club j’y étais arrivé avec Jennyfer, Pierre et Jasmine de Wild Raven Adventure que je ramenais avec moi à bord, chien et cannot compris. C’était la grande aventure et les gars du Marlboro en avait eu pour leur argent ce soir-là.
Pour ce qui est de l’autre Club, celui plus bas, c’est avec ma Loulou à bord de Brigadoon, Mon Mirage 24 que je m’y était arrêté. Il y a 7 ans déjà. Quand je me suis remis à la descente des Show Birds à l’automne 2010, après quelques années d’absence. Nous y avions croisé des gens de belle qualité qui nous avait accueillis comme des petits cousins. Faut dire que nous étions entrés là un peu mouillés. Mais la Table d’hôte de la Salle à manger privée mise à notre disposition pour l’occasion nous avait bien ragaillardis.
111018Voile+pa69
Cette année, je ne savais pas lequel des deux je choisirais alors, j’ai choisi d’explorer pour vous une nouvelle option, la Shadows Marina car, je ne peux pas jeter l’ancre pour le moment, je dois m’arrêter à quai. Pour cause de légère blessure très douloureuse : Côté cassée. Bien oui, merde, une mauvaise chute sur les quais du Albany Yacht Club.
Enfin, même d’y je ne suis pas très « manu military », je ne peux pas m’empêcher de noter au passage l’impressionnante structure de l’Académie de West Point qui était au départ une forteresse érigée dans cette partie la plus étroite de la rivière.
C’est mon dernier clin d’oeil de la journée car, je m’arrête à Croton Harmon a deux petites heures d’ici, là où je prends ou laisse mes équipiers qui me rejoignent par Amtrak. Il y a là un ancrage bien protégé au Nord de Croton Point qui nous sépare de la célèbre prison de Sing-Sing qu’à chanté Ferland.
Ce soir, je vais plutôt prendre un quai à la Half Moon Marina et placotter de musique de jazz avec Steeve le jeune dockmaster qui est aussi saxo dans un orchestre réputé du coin. Un de mes « arrêts chouchou ».
Demain: New York,  New York !!!😎