De New York au Lac Champ

20170606_095509.jpg

Rendu à New York il reste au moins une semaine de route pour atteindre le Lac Champlain, ma  destination habituelle. C’est là que je commence à ressentir « l’appel de l’écurie » comme le vieux cheval qui rentre à la maison pour la nième fois. C’est là que je suis plus en mode « que se passera-t-il ensuite » que en mode « ici et maintenant ». Si d’autre part, vous le faites pour la première fois, gardez-vous plutôt deux semaines de plaisance en remontant doucement cette rivière qui a été explorée par nos ancêtres,  les premiers colons français, au XVIIième siècle. Vous étiez trop pressés de descendre à l’automne et je vous comprends mais là, qu’est-ce qui vous presse avec la température qui ne se décide pas à se réchauffer au nord.

clone tag: 1128102424863488874

User comments

Prenez un mouillage à la 79ième avenue, là où l’architecture est plus recherchée, et aller faire un tour en ville. Vous débarquerez à la hauteur de Central Park et vous aurez une belle marche à faire sur la 5ième avenue jusqu’à Battery Park; question de vous délier les jambes après ce long bout assis, à moteur. Ou faites comme moi et allez jeter l’ancre derrière la Statue de la Liberté et traversez à bord d’une des nombreuses petites navettes.

Au prochain ancrage, à Croton-on-Hudson, vous y êtes tout près de la célèbre prison de Sing-Sing qui même si elle abrite encore un millier de prisonniers vous propose aussi un musée à visiter qui est coté 3,5 Étoiles sur Trip Advisor. Pour amateurs avertis : http://www.singsingprisonmuseum.org/about-sing-sing-prison.html

Screenshot_20170607-145609

En remontant doucement, vous voudrez admirer au passage les installations impressionnantes de West Point, la célèbre Académie des forces réunies qui forme l’élite militaire américaine et qui modelé l’évolution de cette société. Une architecture impressionnante bâtie à l’origine comme une forteresse sur cette section stratégique de l’Hudson à cause son rétrécissement. Quand j’y suis passé là la première fois il y a plus de 40 ans, avec mon ami End Sussdorf de Port Kent, nous nous étions arrêtés à la marina et étions allés marcher sur le Campus.  Impressionnant.

Un plus haut sur la Rive Gauche, la petite ville de Newburg vous accueillera avec ses festivals d’automne sur les quais. Un arrêt incontournable si vous passez en fin de semaine. Prenez le temps d’aller marcher en ville ici aussi et admirez le décor d’une petite ville de compagne américaine typique.

À partir de là et jusqu’au moment où vous serez contraints de démâter, vous aurez encore l’occasion de faire de la voile, parfois assistée, mais tout de même, avec un vent de secteur sud, c’est possible de prolonger le plaisir. Puis les images pittoresques sont juste là dans la rivière. Elles prennent la forme de jolies petites maisonnettes qui servaient de Phares pour la sécurité de la navigation fluviale qui est encore présente surtout sous la forme de grandes barges avec lesquelles vous allez partager le cours d’eau jusqu’à Withehall ou presque.

Offrez-vous un quai gratuit à Kingston et allez manger en ville avant de poursuivre la route vers Catskill où vous allez démâter le lendemain. Remarque que si vous êtes encore jeunes et en convoyage, vous pouvez aussi utiliser la potence du quai de Casseltown un peu plus haut sur la rive opposée; une option moins dispendieuse, mais qui n’est plus de mon âge.

Parce que Catskill, c’est l’endroit où on se spécialise dans la manipulation des mâts. Deux Marinas : Riverview, en entrant sur la droite et Hop O Nose, après le tournant sur la gauche. J’ai utilisé les deux fournisseurs avec autant de satisfaction à un endroit qu’à l’autre. De pros qui vous accueillent gentiment et qui travaillent avec soin. Ils vous permettront même d’y laisser vos supports de mât que vous ne voudrez pas  promener tout l’hiver dans le Sud. Petite précaution, enchaînez le tout et inscrivez-y le nom de votre voilier avant de ranger. Il arrive qu’un « remontant » à qui il manque un morceau se serve dans la pile de bois abandonné, ce qui est OK. Sauf que certains qui ne savent pas lire se trompent de pile parfois.

Catskill c’est aussi le point de ravitaillement et surtout à l’automne l’expo de sculptures de chats dans les rues de la ville. Une initiative de la Chambre de commerce qui organise un concours annuel et invite les artistes de la région à soumettre un projet qui est financé par les commerçants locaux pour une sculpture d’un chat d’environ un mètre de hauteur. Quand vous passez au printemps, ceux-ci sont exposés un peu partout en ville pour le plaisir des yeux. Et ce, jusqu’à la fin de juin quand ils sont vendus à l’encan au profit d’une oeuvre humanitaire locale. Un must au retour.

Votre prochain arrêt, la capitale, Albany qui elle aussi vaut bien le temps d’un tour de ville. Cette année, nous avons été pris au dépourvu car la marina municipale de Troy est en rénovation ce qui fait que celle de Albany était pleine. On a dû tricher un peu, les quatre bateaux remontants et on s’est amarrés au quai municipal qui affichait un avertissement de limite d’amarrage de 2 heures. On a fait ça en douce en espérant que ça passe et on y a finalement passé la nuit. Albany, c’est aussi l’endroit idéal pour les changements d’équipage ou d’embarquement pour les écluses qui seront au programme pour deux jours à compter du lendemain. Le « New Yorker » d’Amtrak qui quitte la Gare centrale à 10h le matin y débarquera votre « crew »  vers 18h comme ce fût le cas pour Jean-Guy qui est venu m’y rejoindre cette année pour les écluses et le sprint final.

Une première écluse à Troy puis 11 autres jusqu’à Withehall. C’est une journée et demie minimum ou deux jours et demie si vous prenez le temps de vivre et de faire un arrêt à Mechanicville ou Fort Edwards, deux municipalités qui vous accueillent sans frais au quai municipal, tout comme Withehall si vous vous gardez la dernière écluse pour le lendemain matin.  Comme je vous le suggérais plus tôt, prévoyez prendre le temps de vivre cette expérience unique des écluses du Champlain Canal plutôt que de vous énerver à faire ça à la course. Surtout cette année puisqu’eux aussi nous les offrent gratuitement à cause de leur 100 ième anniversaire. Vous y découvrirez des endroits accueillants, des gens sympathiques et vous prolongerez le plaisir de la plaisance avant de reprendre la vie trépidante du  metro-boulot-dodo.  Pardonne-moi le « Coup de Jarnac ».

De la sortie de l’écluse #12 à Withehall, à Chipman Point où vous allez remâter, il n’y a qu’une avant-midi de navigation à moteur dans une rivière sinueuse qui s’élargit progressivement jusqu’à vous convaincre que vous avez finalement atteint le Lac. Je vous propose Chipman Point Marina parce que je m’y suis toujours arrêté depuis plus de 40 ans et que de père en fils, le service est toujours aussi courtois dans un atmosphère familial. Et ce parce que grand-mère est toujours là pour superviser le tout.

clone tag: -210000516787509702

Cette année, j’ai passé tout droit, car ma destination finale était Boucherville, d’où je vous offre ce dernier billet de la présente remontée de la Côte Est 2017. La météo nous a fait un cadeau et nous avons navigué de Withehall à St-Jean-sur Richelieu en deux jours et demie avec un arrêt à Cole Bay devant le camp de vacance et un autre juste à l’extérieur de Deep Bay, un de mes mouillages favoris sur le Lac Champlain. De St-Jean, un arrêt à l’écluse de St-Ours pour aller souper chez Micheline qui nous avait invités à partager son repas et le lendemain soir, nous amarrions au Club nautique de Mézy à la surprise générale, car j’avais prévu ne rentrer que lundi.

Quand je vous dit que sur l’eau, c’est la météo, le « boss »! J’ai fait en une semaine, ce qui m’en a déjà pris deux. Mais là, j’ai une excuse, j’étais pressé de retrouver ma Pénéloppe avec qui je me propose de passer la saison de nos amours.

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

NJ-ICW

Si vous pouvez le faire, évitez ce bout de chemin parsemé d’embuches et de bateaux de pêche très pressés de se rendre d’un bon spot à l’autre

Jusqu’à Cape May, tout allait bien. Mon arrêt à Havre de Grâce a été encore un beau moment cette année. Brian, le cuisinier de la maison travaillait en soirée, ça m’a permis d’être invité à manger des penne délicieux dans un resto italien favori de Manon.
Puisque je n’avais qu’une petite journée de voile le lendemain matin, Brian ma cuisiné un petit- dej très québécois avant mon départ. Des gens bien recevants.
À Chesapeake City, I’m couple de Boston m’a offert un lift de dinghy puisqu’ils étaient motorisés. Je leur ai fait découvrir ce pitoresque petit village à l’entrée du C&D Canal et ils m’ont offert le dîner sur leur grand Pilot House Island Packet. On se connaissait déjà de vue, C’était la troisième fois en une semaine que l’on était ancrés côte à côte.
C’est ça la plaisance. On prends le temps de se dire bonjour et on finit par s’échanger nos cartes de visite. N’oubliez pas avant de partir, très importantes les cartes de visite dans l’Intracostal. Pas juste avec les Chinois.
Le lendemain matin, debout à 5h pour descendre la Baie du Delaware jusqu’à Cape May. Arrivée à 17h.
Fin du party!
C’est là que commence la remontée vers New York en compagnie des « gros bras baveux » de Jersay Shore. Ils ne le sont pas tous; juste 80% de ceux que j’y ai croisés.  Je ne sais pour d’où ça leur vient mais ils ont grand besoin de vous impressionner par leur arrogance. Style : « Up in your face ». C’était la même chose quand on passé des hivers à jouer au golf en Floride Pénélope et moi. Ils avaient une plaque d’immatriculation du NJ, mais prétendait qu’ils venaient de Long Island. C CC
Alors si vous vous sentez équipés pour le faire, de Cape May à New York, ça se fait d’une traite, 110MN en mer. Plus ou moins 24h c’est tout. Avec des points de replis en route au cas ou à Atlantic City, Batnagate Inlet, Manasquan Inlet et Sandy Hook. Sinon directement chez Mme Liberté, dans le bassin en arrière. C’est là que je m’arrête toujours.
Alors, cette année, seul à bord, j’ai fait la première escale par la mer puis la deuxième l’intérieur. Question de me convaincre de ne plus le refaire.
Le divertissement à commencé à 10MN au nord de Atlantic City. Dans in canal entretenu pour les pêcheurs. J’ai touché le fond au moins 4 fois dans la journée dont cette première près de Little Egg Inlet où j’ai dû faire appel à mon ami de TiwBostUS qui est là en permanance. Juste une petite touée de 5 secondes, mais avec la marée descendante, je n’y serais pas arrivé seul. N’oubliez pas votre carte de membre de TowBoatUS non plus. C’est un must même pour moi qui ne tire que 4,5pi d’eau.
Les trois autres occasions, j’ai dû chercher un peu à tâtons en plein milieu du chenal où ça ne touchait pas pour me faufiller. Grosse journée sur la pointe des pieds.
20170606_095509
Ma chance, je l’ai eue le lendemain en sortant de Manasquan Inlet avec une mer relativement calme pour me rejette directement chez Mme Liberty, dans le bassin derrière, mon arrêt ​fétiche  à New York.
C’est toujours un plaisir de redécouvrir les charmes de La Grosse Pomme et d’en identifier de nouveaux au passage. Plutôt tranquille dans le Port cette année. Ma « Photo du Jour », un très gros yacht de plaisance (113metres) qui nous fait sourire avec son cruiser à tribord  et un voilier à babord. Ses joujoux de 21 mètres quoi.
20170606_091015
« Le Grand Bleu ».
superyacht-directory/le-grand-bleu–73657
Mais non petit velours cette année, ça s’est passé vis à vis la Marina de la 78 ième avenue quand je me suis fait interpeller par un voilier sur un mouillage. Il s’agissait d’un voilier français dont le Capitaine m’avait acheté les Guides des Bahamas avant sa remontée des Antilles. Je vous l’avait dit que ces Guides me rendraient célèbre. hahaha
Nous avions eu quelques échanges par la suite (service après vente) au sujet de la remontée de la côte du Maine jusqu’à St-Pierre et Miquelon. J’en avais profité pour lui vendre l’idée de s’arrêter aux Îles de la Madeleine et je lui ai conseillé le Blog du Voilier Oléo, car Guillaume à si bien décrit cette remontée que c’est un véritable Guide Nautique. Le gars voulait tout simplement me d’aller au passage et me dire qu’il avaient apprécié.
Puis hier soir, le cerise sur le gâteau, j’ai rejoins mes compagnons de route sur Luciole et Éolia dans l’ancrage de Croton Harmon, juste au nord de la prison de Sing-Sing, celle là même rendue célèbre par notre Jean-Pierre Ferland national.
 Screenshot_20170607-145609
En fait, quand vous là regardez sur la colline près de la rivière, elle a plutôt l’air d’un Campus universitaire. Plus que celui devant lequel je suis passé ce matin à West Point. C’est lui qui a plutôt l’air d’une prison à sécurité maximale avec ses masses de béton accrochés à la falaise.
20170607_095622
Ah! Nos amis américains, ils ont de ces paradoxes parfois