Quand le vent adonne

Partir en croisière sur SurpriseS dans les Keys, c’est toujours une promesse d’une belle aventure. Mais encore faut-il que le météo collabore. Bien c’est ce qui est arrivé à Isabelle et P-O cette semaine.

Sitôt débarqué de l’avion jeudi matin, nous avons pris la mer vers le sud et au milieu de l’après-midi nous étions déjà à la pointe sud de Key Biscayne dans le fameux No Name Harbour, cette petite enclave où les Québécois attendent une météo favorable pour traverser à Bimini.

De là nous avons poursuivi le lendemain matin vers les Keys en passant près de ces maisonnettes sur pilotis qui nous surprennent toujours dans un parc d’État.

Au portant et à la vitesse de coque pendant 2 jours avec un arrêt à mi-chemin nous sommes rentrés au début de l’après-midi à Islamorada, une coquette escale sur la route du Sud avec son Bar accueillant et la musique rétro « live » dont on profite même dans l’ancrage.

20170326_105924

Dimanche matin petite pause plage et plongée du côté de la mer à deux pas du dinghy dock du bar, de l’autre côté de la dune. Ou si vous préférez, de la Route 1 qui vous rappelle malgré à couleur émeraude de l’eau du lagon que vous êtes bien aux USA.

P-O qui est un passionné de pêche en plus, s’en est donné à cœur joie avec 5 touches en 2 jours il a même réussi à en rentrer deux que nous avons mangé en apéro hier et avant-hier.

Ce secteur est réputé pour le foisonnement des poissons et nous allons essayer d’en profiter en reprenant la route un peu plus tard aujourd’hui vers le nord puisque le vent a tourné en notre faveur de nouveau.

Quand le vent adonne, la croisière s’amuse! 😎😊😉20170325_092302~2

Publicités
Key Largo peut-être!?!

Key Largo peut-être!?!

La dernière fois qu’on s’est parlé, nous étions sur le point d’aller faire de la plongée sur les récifs de coraux  de Key Largo. Une belle expérience qui m’a ramené quelques années à arrière quand j’en faisait dans les Bahamas. C’est Pascale qui en a eu l’idée quand on s’est rendus compte que le vent allait tomber pour les trois prochains jours. Elle y en avait fait avec ses parents quand elle était adolescente et se rappelait d’une belle expérience.

Il faut avoir une température favorable avec des vents à moins de 10 Nds, 5 de préférence parce que l’expédition implique que nous  coucherons à l’ancre à l’extérieur de la chaîne des keys. Il y a une île ici et là pour nous abriter, mais partiellement dans certains cas. Quant aux Marinas, elles n’ont pas toutes la profondeur requise par un quillard.
Nous sommes entrés par le sud, sous le pont de Long Key Bight, près de Lower Matecumbe, là où nous avion passé la nuit précédente en provenance de Marathon. Une belle journée de voile sur le banc.
Si vous regardez la carte, c’est tout un banc de corail que nous pouvons explorer. Il y en a plus que l’on peut faire en une semaine. Nous en avons exploré deux en deux jours et c’était différent d’un de l’autre. Pas les têtes de corail les plus colorée,  mais une variété de poissons que je n’avais pas vue ailleurs.
Le tout est facile d’accès avec des mouillages sur le récif même. Vous débarquez en plein dedans. Puis le retour à l’ancrage se fait  bien en contournant le banc que vous avez exploré.
Et au bout du compte, le tout est à une petite journée de voile de Miami et des marinas et mouillages de Biscayne Bay,  un des endroits où  je vois le plus grand nombre de voiliers sur l’eau de toute la Côte Est.
Et tout ça très facile d’accès directement de Montréal.
Rappellez-vous que la pub des Keys dit que « C’est les Bahamas moins le Gulf Stream!  » 😉
Au fait, quel temps faut-il au Québec ces jours-ci?
Le printemps de fait-il Sentir? 😊 😈😇

Je suis de ceux qui croient que les grands départs nous mènent souvent ailleurs. Eh bien  ça s’est avéré cet année.

Partir pour les Bahamas en passant par Cuba m’avait semblé une idée originale et intéressante. Elle m’a fait faire un voyage mémorable à plusieurs points de vue, mais je ne suis toujours pas rendu aux Bahamas et nous sommes déjà à la mi-mars.
Cette expérience m’a tout de même permis de comprendre que je n’avais pas tout à fait tort d’associer ces deux destinations. Mon erreur ce fût de m’y prendre à l’envers. L’an prochain, je vous y ramenerai, mais cette fois, après être passé par les Bahamas. Cuba se sera sur la route du retour pour en faire le tour dans le sens horaire et mieux profiter des vents dominants pour naviguer surtout au pourtant. Particulièrement dans le secteur Est pour découvrir cette partie de l’île où j’ai dû rebrousser chemin cette année.
Ainsi, je suis toujours dans les Florida Keys, d’abord pour des raisons techniques puis parce que je croyais encore avoir le temps de traverser aux Bahamas. Pascale qui est venue me rejoindre à Marathon où j’ai passé une semaine à refaire, réparer et remplacer voulait faire la traversée avec moi pour profiter de cette expérience, mais finalement, elle ne s’y sent pas prête cette semaine, elle non plus.
Puis ma Pénélope reprends ses « cours de chimie » pour quelques sessions encore, alors je veux rester plus près d’elle pour le moment. D’autant plus qu’elle viendra peut-être me rejoindre pour passer un petit moment à la fin du mois. Ce serait chouette, même si ce n’était qu’un moment de repos entre deux sessions.
Pour ces raisons, j’ai décidé de ne pas m’y rendre cette année, d’autant plus qu’il ne reste qu’un mois avant la période du retour. Si vous avez le goût de venir faire un petit bout de chemin entre la Floride et le Lac Champlain, on peut planifier déjà cela ensemble, c’est presque là où j’en suis. Un peu moins d’un mois dans les Keys puis le chemin du retour par l’Intracostal.
Je vais me balader dans les Keys encore un petit moment toutefois si vous voulez continuer à m’y suivre. Ce matin, nous sommes ancrés à Key Largo, mais à l’extérieur, derrière une petite île près du Parc John Pennekamp, un endroit réputé pour ses sites de plongée sur le récifs de corail qui s’étend au large des Florida Keys. Si j’ai bien compris, on peut y prendre un mouillage et plonger directement du bateau.
Je vous raconterai