Prêt pour le vent!

Bon enfin remâté, mais j’ai oublié de prévenir Miss Météo. Alors je me retrouve à moteur de nouveau ce matin même avec le mât haut. Ceci n’est pas grave, car descendre l’Hudson, même moteur par une belle journée ensoleillée à un certain charme en soi.

Les maisonnettes des anciens phares,, les barges qui descendent les super cruiser qui remontent, beaucoup de divertissement quoi. Nous sommes partis avec la marée descendance, donc nous faisons beaucoup de chemin pour les premieres heures. Nous coucheront à l’ancre à New Hamberg ce soir, juste au sud de Poughkeebsie (essayez de prononcer).

Un petit ancrages près de White’s Marina sur la rive gauche (vous vous souvenez de vos termes de bateau). Miss m
Météo nous annoncé des vents légers et variables pour les prochains jours alors peu importe où on va s’ancrer c’est sécuritaire. En fait il y a beaucoup de ces petits ancrages dans cette section nord de la rivière.

Pour en revenir au remâtage, je dois vous dire que j’ai utilisé Riverside Marina Encore une fois très satisfait de la gentillesse de la courtoisie des gens qui semblent content de nous revoir.

Ce qui m’amène à vous relater un échange que j’ai eu hier soir avec un copain qui descend lui aussi et qui voulait remâter lui-même. Il y a bien en effet une potence que l’on peut utiliser un peu plus haut à Casteltown on Hudson. Pour le tiers du prix vous pouvez faire ça vous même, mais je dois avouer que je suis trop vieux pour ça. La dernière fois que je l’ai fait avec mes deux Jean-Guy favoris nous étions à Sorel dans le bassin du fédéral et j’ai failli me faire écraser contre le mur par une vague venue du large

Je m’en suis rappelé justement en passant à Casteltown avant hier quand, sur la VHF, j’ai entendu le responsable de la Marina appeler un cruiser qui venait de faire des dommages avec sa vague en passant trop vite devant les quais. "Je sais que tu m’entends, lui a-t-il dit calmement mais fermement. Tu reviens immédiatement ou c’est la police qui va te ramener." J’ai vu le beau grand motorisé à la coque bleu foncé d’une douzaine de mètres d’arrêter et revenir sur des pas.

Alors, oui, A.K., c’est possible de le faire quand on est jeune et fort et qu’on se lève à 4h du matin.😊
Prudence tout de même

En prime, la troisième de ces mignonnes maisonnettes qui veillaient sur la sécurité naritime du

Haut de l’Hudson au sciecle dernier

Publicités

Retour sur image

Pour ceux et celles qui nous suivent afin de se familiariser avec l’Intracostal, je vous avais promis quelques détails techniques alors voici mes dernières impressions sur les écluses. D’abord si vous avez pensé que c’était pour économiser vous aviez compris que je ne suis pas riche. Mais ce n’est pas la raison. Il y a deux ans quand je suis remonté seul j’ai trouvé ça un peu cowboy de faire les écluses seul à bord. C’est pourquoi j’avais demandé à Jean-Guy si on pouvait les faire en tandem puisqu’il avait une équipière peu expérimentée à bord, de son côté.

Le résultat c’est que ça s’est fait comme un charme. On n’a même pas sali les défenses ça c’est un exploit! Deux équipiers bien coordonnés sont capables de garder le bateau à un mètre du mur en tenant les amarres légèrement et en poussant fort contre le mur au moyen de la gaffe plutôt qu’en tirant sur les amarres. Pas de problème et pas de 2×10 à traîner. Faut dire que le Capitaine aidait de son côté avec moteur et propulseur d’étrave.

SurpriseS était bien amarré à l’épaule de Sea Drifter avec gardes montantes et descendantes. Même qu’entre les écluses les plus rapprochés on n’a même pas pris le temps de se détacher.

Je ne suggère pas de faire de même systématiquement, mais en cas de manque de main ou de bris de moteur, c’est une option à considérer.

Lundi remâtage à Catskill. Chez Riverview ou Hop-O-Nose ? J’ai essayé les deux et je vous avoue que je ne vois pas de différence. Des pros des deux côtés. Je vais aller au plus disponible des deux.

À suivre…

PS Aujourd’hui c’est repos météo dans une petite déviation de la Hudson River, derrière Houghtaling Island.

En tandem

Quand on s’est présenté à l’écluse en tandem l’éclusier nous a dit : « Pas de problème, mais quand-même les gars, il va falloir payer chacun votre passage. » À 15$ pour deux jours, qui va se plaindre? C’était le commentaire du gars de Lock12, notre première.

À Lock11, le gars m’a demandé si mon moteur faisait défaut. À Lock10, pas de commentaires. Lock9 : « Ménagez-vous l’essence? On s’est rendu jusqu’à l’écluse numéro cinq quand finalement ils ont compris qu’on faisait équipe.:-)

Moi seul à bord et Jean-Guy avec une équipière en formation je crois que c’était quand même une bonne solution. Puis, les éclusiers américain sont plutôt cool.

Aujourd’hui on poursuit vers la fin des écluse Troy et Albany seront nos destinations. La marina du Albany Yacht Club est ma favorite.

Accueillante,sympathique,proximité des provisions de la ferronnerie et de la Gare pour ceux où celles qui auraient un petit regret.
Puis ce sera la descente de l’Hudson, mais avant faut s’arrêter à Catskill pour remâter et on en profitera pour vous faire un petit tour de ville et admirer les chats.

C’est parti.

A force de taquiner tout le monde avec l’idée de "Partir…", je dois bien penser à le faire moi aussi. Alors lundi matin: Jour 1.

Après avoir laissé passer les coups de vent qui vous ont fait frémir sur le Lac en fin de semaine, j’étais persuadé de profiter de 2 jours de bébés légers et variables pour descendre en route quiétude a moteur, en compagnie de mon ami Jean-Guy et son Trawler.

Well… On s’est rendu à Port Kent le vent dans le nez jusqu’à 15 Noeuds dans de la vague de 3 pieds puis on était rassasiés. Hier matin, en grand stratège, je propose de partir très tôt, avant que le ventre ne se lève au cas où. Bien te -vague de 3 pieds pour descendre en traversant le Lac pour essayer de se protéger sur la côte vermontoise.

On s’est tout de même rendu à Converser Bay pour le lunch et se rendre compte que le vent qui devait montrer à la mi-journée sétait levé trop tôt et avait besoin de prendre un break lui aussi. On en a profité pour reprendre la route en douce jusqu’à 5 miles au sud du pont de Chimney Point, ce que je considère comme le marqueur de la fin du Lac. De là, nous ne sommes plus qu’à 2 petites heures de Crown Point et mon démâtage.
Bonna notre tuti !

PS Y a ces deux petits bateaux rouges qui me suivent tout le temps…

Lundi matin…

Lundi matin…

Lundi matin, l’empereur, sa femme et son petit prince…

J’ai jeté un coup d’oeil à la météo sur mon application Sailflow  que j’utilise depuis quelques années au Lac Champlain ou a Bouchertown et je vois beaucoup de vent et beaucoup de vagues qui vont venir du sud samedi et dimanche.  Vu que j’ai décidé que cette année, je me la coulais douce, je ne vais pas me taper des bords en partant comme la dernière fois il y a deux ans pour m’arrêter à Burlington et regarder passer cela pendant deux jours. Je préfère passer ces deux jours supplémentaires à la maison avec Pénélope que j’abandonnerai bien assez vite.

L’autre résolution, cette année. Je vais écrire mon journal de bord un petit peu plus technique pour aider ceux et celles qui planifient faire la descente dans un an ou deux et qui se posent toutes sortes de questions à ce sujet. Je vais essayer de lui donner une allure moins anecdotique et un petit peu plus « Guide nautique de la descente vers le sud ». Ainsi, je vous invite à ne pas hésiter à me poser vos questions au fur et à mesure de la descente, que je clarifie ou explique les options que je prends, les choix que je vais faire. Si vous faites bien votre travail de m’avoir à l’oeil , on va se bâtir un petit guide ensemble qui pourra être publié chez Les éditions Ulysse et Pénélope qui publient déjà deux Guides des Bahamas.

Parallèlement, si la lecture vous stimule au point que le voyage virtuel ne vous suffit plus et que vous voulez mordre dans la vie à bord, vous saurez en tout temps où j’en suis rendu et ce qui s’en vient pour planifier venir passer une semaine à 10 jours à bord sur la Côte est, dans les Florida Keys, à Cuba ou aux Bahamas. Notez au passage notre belle langue française et ses fluctuations :   …sur la Côte est, dans les Florida Keys, à Cuba ou aux Bahamas.

Pour les informations détaillées sur les conditions de vie à bord et pour réserver, jetez un coup d’oeil sur CapitaineCapitaine.

Pour me suivre vague à vague, vous vous abonnez sur la page titre du blog, à droite sous le calendrier des publications précédentes et vous recevez un courriel chaque fois que je publie. Facile! 😉

Larguez les amarres !!!