Enfin des maringouins!!!

Bon, je sais que c’est une drôle façon de présenter les choses, mais pourquoi dire simplement que la chaleur est arrivée quand je peux vous y amener par un petit détour déroutant.

Il m’en est arrivé une nuée au coucher du soleil, juste avant que j’entre préparer mon hambourgeois de luxe avec frites et tout. Je ne sais pas pourquoi, c’est rendu mon repas favori. Faut dire que je choisis bien ma viande.

Quant aux maringouins, j’ai toujours été plutôt zen par rapport à eux. Mon expérience, c’est que si on n’essaie pas d’en assassiner un ou deux à grandes claques par la tête, les autres sont moins portés à venir les venger en vous attaquant à leur tour. Quand je les sens sur ma jambe ou mon bras, je glisse simplement ma main sur ma peau et en écrapouti quelques uns au passage. Surtout ceux qui tentaient de se fixer.

Essayez ça pour voir…

Aujourd’hui, j’ai fait une bonne journée sans rien de spécial à signaler. Une répétition de celle d’hier dans des conditions tout à fait semblables.

Alors je vous laisse deux photos du jour pour compenser le manque d’anecdotes.

La première est pour vous dire que les pêcheurs, j’allais dire percheurs, sont haut-placés, ici, en Caroline du Nord. Ils patrouillent les rivages de là-haut. Je crois que ça leur permet de repérer les bancs de poissons.

La seconde c’est un aperçu de mes compagnons de route que j’ai rejoins au pont vers midi. Ils m’avaient tous dépassé pendant l’avant-midi, à vitesse de coque. Mais un pont qui n’ouvre qu’aux heures comme celui de Wrightsville Beach, ça ramasse du monde, une journée comme aujourd’hui.

Puis j’ai profité par hasard de deux marées qui ont adonné. Alors j’ai passé tout droit à Wrightsville Beach pour aller jeter l’ancre plutôt à Carolina Beach, une heure de route plus loin, pour la nuit. Je connais l’endroit, je m’y était arrêté en remontant, il y a deux ans. J’y avais d’ailleurs manqué mes amis de Voilier Subtil de peu à leur retour des Bahamas.

Publicités

Les premiers seront les derniers

Ils m’ont tous dépassé.

Je suis parti le premier ce matin. À 7h15, j’avais déjà largué les amarres. Mon nouvel horaire plus matinal. Une suggestion de Éric qui a bien de l’allure. Comme ça on arrive plus tôt là-bas et on peut mieux en profiter.

Aujourd’hui, ça m’a permis de constater que je n’était pas seul sur la route du soleil. En effet, puisque je suis le plus petit, donc le moins rapide, ils ont été au moins une vingtaine à me dépasser entre 10h et15h. Des voiliers surtout. Trois ou quatre Trawlers. Et tout ce beau monde à moteur car ce bout de canal allait exactement dans le vent léger toute la journée.

En fait c’est ce qui a fait qu’il y en avait tant. Il a venté fort ces jours derniers. Alors tout le monde attendait que ce vent tombe pour prendre de l’avance sur la route à faire. Car, pour plusieurs, c’est bien évident que c’est "de la route à faire". Ils ne se baladent pas par ici. Ils s’en vont le plus rapidement possible là-bas.

Le meilleur exemple, c’est ce vieux monsieur qui veut me dépasser. Il est rendu à une longueur de bateau de mon tableau arrière et il tient sa ligne : là "Magenta Line". Vous savez cette ligne de couleur mauve qui indiqué sur la carte, le tracé de l’ICW.

Alors, il y a des gens qui la suivent avec une telle rigueur qu’ils ne peuvent en dévier d’un poil. Ce matin, je roulais par hasard en plein sur cette ligne dans un chenal de 100 mètres de large. À la fin, il s’est décidé et m’a appelé sur le Canal 16 pour me demander de me tasser un petit peu pour qu’il puisse passer.

Je vous le jure, moi non-plus, je n’y croyais pas sur le coup. C’est quand je l’ai vu si proche que j’ai compris qu’il était sérieux. J’ai donné un coup de barre à bâbord et il a filé tout droit comme une flèche. Ne manquant pas au passage de me faire un grand signe de la main pour me remercier pendant que sa madame à la barre regardait droit devant sans se laisser distraire.

Ceci étant dit, je vais probablement retrouver la majorité d’entre eux dans un ancrage très populaire où je me dirige : Mile Hammock Bay. Tout justfe à la fin du terrain de jeu des militaires de Camp Lejeune près de New River Inlet.

Pour ce qui est de la photo du jour, je vous la donne en mille. Le petit bateau rouge, c’est SurprisS et regardez sur tribord, le nom de la crique. Je voulais m’y arrêter pour faire le plein d’essence, mais à marrée basse, mon tirant d’eau était trop grand. J’imagine que mon ailleul qui s’y est risqué il y a fort longtemps de ça, avait un plus petit bateau encore.