On lève les voiles

C’est finalement chez Gaines que le mât a repris son allure. De vrais pros ces gars-là. C’est un jeune couple qui a repris les opérations. Joe et Noamie Treadwell sont jeunes et ne lésinent par sur la qualité du service.

Une marina qui a bien changé d’allure depuis ma période de navigation sur la Lac, il y a quelques 25 ans de ça maintenant. La navigation sur le Haut Richelieu a aussi changé si j’en crois mon ami Roland qui au téléphone en passant à St- Jean me suggerait de m’arrêter au quai fédéral désaffecté sur la rive est de l’Île au aux Noix pour y passer la nuit.

Mon cher Roland, j’ai des petites nouvelles pour toi. Y a pu de place au quai. Ni devant ni alentours. C’est le point d’ancrage des cruisers qui n’ont plus le goût de payer $2 le litre pour se balader le dimanche après-midi.

Hier ils étaient pas moins de 250 de 15 à 45 pieds, ancrés au large de l’île dont ils avaient fait le tour à partir de la marina de St- Paul. Une excursion de 12 minutes pour venir s’ancrer à l’épaule et écouter de la musique.

Jean-Guy étaient complètement « flabergasted » pour employer son expression. Et pourtant, il en connait plusieurs en français mais aucune n’était à la hauteur du sentiment qu’il éprouvait en observant le spectacle qui lui faisait plutôt penser à la Plage Idéale.

Le Lac sous voile à 4.7Nds au près par un petit vent du Sud est un étang désert en comparaison. Eh bien tant mieux pour nous qui n’avons fait que passer par là un dimanche de fin de juin.

Direction Pilot’s Bay au nord de North Hero pour la nuit. C’est vraiment bon de pouvoir tirer de longs bords et de ne pas avoir à se soucier constamment du trafic autour.

Après une plongée dans dans le lac pour la douche, les petits oeufs mimosa de mon cuisinier attitré seront mon délice du jour.

Je vous rappelle tout de même qu’on a droit à un chaud coucher de soleil au cas où…

Publicités

Il fait beau à Chambly

C’est bien parti!
Avec deux équipiers comme ces deux-là, un bateau peut aller loin en tout confort et sécurité. Jean-Guy voit à tous les petits ajustements et réparations ou améliorations locatives. Par exemple, c’est lui qui nous a patenté une antenne VHF pour pouvoir communiquer avec les éclusiers pendant que le mat est baissé.

Une expérience plutôt rock & roll de descendre ce mat au Parc nautique de Saurel avec une potence placée juste en face de l’entrée, ouverte à toutes les vagues, incluant celles des transatlantiques. Tout de même, à trois on y est arrivé sans rien casser ni blesser personne.

Quant à Jean-Marie, il n’est pas que notre "cuisinier français"de service, il barre bien aussi. Il a été mis à dure épreuve pour passer à Beloeil un samedi après-midi de fin de juin. Une expérience que je ne conseille à personne. Il y a tellement de va et vient de motorisés à cet endroit que la mer est plus difficile que dans le Gulf Stream avec un vent contraire.

Mais là où il nous épate c’est quand, à l’heure du souper, il sort son attirail pour nous préparer le festin des Rois. Miam miam miam!!!
Alors en ce beau dimanche matin ensoleillée nous attendons que les jeunes éclusiers se réveillent pour prendre la route de St-Jean.

Je le répète à qui veut l’entendre : "Life is good!"

SurpriseS

Bon, c’est reparti pour « L’aventure c’est l’aventure » pour parodier le titre de ce film français des années ’70, que j’aurais le goût de revoir quand je me remémore le mix hétéroclite d’acteurs que Lelouche s’était fait plaisir à réunir pour cette comédie : Ventura, Brel, Maccione et Halliday. Notez que je vais essayer de faire plaisir moi-aussi, cette année, en vous invitant tous et toutes à venir faire un tour pour vrai sur SURPRISES*, en plus des visites virtuelles que je vous propose tout au long du périple. En effet, j’ai décidé de me faire plaisir et de prendre le temps de me la couler douce pour ma saison de voile 2014 avec la complicité de Pénélope qui me libère autant que je le souhaite cette année encore.

Alors, vous êtes tous et toutes invitées à profiter du voyage. Soit pour un après-midi ou un week-end au Lac Champlain jusqu’à la mi-septembre. Puis, pour une semaine à 10 jours sur la Côte Est en direction de La Florida jusqu’à la mi-décembre. Bien oui, je descend en Floride avec mon bateau de nouveau cette année. Avec mon nouveau bateau que j’ai décidé de garder finalement. Comme me le suggère mon ami Jean-Guy : « Après avoir tout réparé sur celui-ci, ce n’est pas le moment de le vendre et de recommencer avec un autre semblable! » Il a un bon point, là.

Précisons: ne pas confondre « je descend en Floride avec mon bateau » et« je descend mon bateau en Floride » comme le font la plupart des gens qui font du convoyage en vitesse pour se reposer à bord rendus là-bas. Dans mon cas, c’est pour le plaisir de faire de la voile que je le fais. Alors, je vais prendre encore plus mon temps et profiter des vents qui adonnent. Je vais tenter d’inverser les proportions et faire plus de voile que de moteur cette fois-ci. Passer de 40/60 à 60/40, au moins. Alors, le défi est lancé. Que les voileux et les voileuses se le tiennent pour dit. Car, rendu là-bas, je serai prêt pour rejoindre ma blonde sur les terrains de golf floridiens.

*Si vous avez remarqué, SURPRISE est devenue SURPRISES pour mieux refléter la nature de ce voilier et de ce qu’il m’a fait vivre pour l’apprivoiser. Ceci étant dit, je crois qu’ajouter un « S » à SurpriseS est encore plus approprié pour un nom de voilier, surtout si c’est moi qui est skipper à bord.