Deux belles journées de voile

La dernière fois, j’avais dit « vers Charleston » au sens de « en direction de » et j’y suis bien arrivé mais deux jours plus tard et au terme d’une longue journée de voile au vent arrière. La pluspart du temps en ciseaux, et passe la Gr’voile d’un bord, puis de l’autre. Mais j’aime ce jeux qui consiste à être plus vite que la baume qui passe soudainement. Ou mieux encore de rester en arrière assez loin que même innatendue, elle passe devant. À ce propos, j’ai eu un petit moment d’émotion en croisant le marqueur R-154 près du quel Manon c’était fait frappé en plein front l’automne passé. Elle en a gardé une trace, m’a dit Loulou.
Hier soir, j’ai dormi au quai publique de Beaufort jusqu’à ce que un jeune couple d’agents de sécurité viennent nous avertir, « Fascination », « Dùet » et « Brigadoon », trois petit aventuriers qui y étaient attachés, espérant que la rêgle de « non stop pour la nuit » ne soit pas enforcée, comme c’est souvent le cas aux quais municipaux. Mais là, la jeune femme qui m’a pointé sa lampe de poche dans les yeux à travers mon panneau de descente laissé entre’ouvert m’a vraiment sorti des bras de Morphée, à 1h30 AM. Vous pouvez aller vous stationner là-bas avec les autres si vous le désirez. Ça c’est permis. » Vous aurez compris qu’en disant « stationner » elle voulait dire aller rejoindre les auttres à l’ancre.
Cette expression l’a trahit et le Capitaine de « Fascination » en a profité pour lui faire le grand numéro de l’ancrage de nuit qui est risqué. Sans compter que de devoir quitter un quai avec un vent qui nous y colle pose aussi de grands risques. Alors, pendant que je me révillais et cherchais par quel bout j’allais sortir d’entre ces deux-là, le gars d’à côté avait obtenu une permission spéciale pour les trois, vu la température non favorable pour les manoeuvres de nuit. À la fin, la belle était toute en excuse pour avoir tenté de nous assassiner tous.
Après une bonne nuit de sommeil, finalement, je me suis levé tôt pour ne pas manquer le pont qui m’avait arrêté hier soir. Mais, celui-ci n’ouvrait qu’à 9h me dit-il. Mais toujours chanceux, une barge commerciale s’est pointée vers 8h. Avec un autre plaisancier, nous nous sommes faufilés avec elle qui a priorité sur le traffic sur le pont.
La Marina municipale de Charleston, c’est un vrai spectacle avec ses bateaux de croisières courtes sur la rivière et ses Méga-Yatchs au quai extérieur et les coursier de la régatte St-Barth-Charleston aux quais intérieurs. Je faisait tellement « hors d’ordre » quand je me suis présenté au quai de service pour le plein et un sac de glace que le jeune préposé s’est excusé de ne pas avoir d’essence. Ils ne vendant que du diésel. Les petits hors-bords comme moi doivent aller à la Marina Ashley River juste à côté. Il a tout de même eu la gentillesse d’aller me chercher un sac de glace de 10lb à 3$+ pourboire. La bière ça peut se boire tablette, mais le lait, le yogourt et les délicatesses italiennes dans la glacière, ça en vaut le coût.

Publicités

4 réflexions sur “Deux belles journées de voile

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s