J’ai mon permis de croisière

Le pont des chemins de fer de Noyan n’est pas particulièrement élégant, mais pour moi, c’est un marqueur significatif que de le traverser en direction sud en octobre. Aller jusqu’à St-Jean d’où je suis parti ce matin ou s’arrêter à la marina de St-Paul-de-l’Île-aux-Noix pour faire le plein c’est toujours tourner autour. Mais passer Noyan et distinguer déjà à l’horizon, le long pont qui traverse le Richelieu à l’embouchure au Lac Champlain, c’est s’engager dans plus qu’un petit tour.

Les bateaux que je croise remontent tous vers le nord, derniers à rentrer pour l’hiver pendant que moi je me sors, cet hiver. La journée est magnifique, dans les 25 Celsius avec un soleil à vous bronzer. On se croirait plutôt en mai qu’en automne si ce n’était de tous ces feuillus qui perdent tous leur chlorophylle pour ne garder que les pigments de carotène et autres aux couleurs jaunes et rouges. Demain matin, enfin, je serai autorisé à traverser la frontière à 150 mètres de laquelle je me suis ancré pour la nuit sous une pleine lune à vous faire craindre la visite des loups-garous.

Demain on annonce un vent léger du secteur sud. J’espère qu’il se présentera avec une composante ouest tout de même afin que je puisse tirer des bords jusqu’à Port Kent, ma prochaine étape. Port-Kent où je suis accosté il y a plus de 25 ans accueilli par Ed qui impressionné par mon catamaran de construction domestique, m’avait invité à me joindre à lui et à son ami David qui campait avec Ann sur la plage sud à l’époque. Ils voguaient eux aussi sur le premier catamaran à être vu sur le Lac Champlain. C’était le début d’une longue quête de David Basha, à la conquête de la Mayor’s Cup, la prestigieuse régate qu’il n’a cessé de le hanter jusqu’à cette année, quand il l’a enfin gagnée,après 25 ans et à bord de son J-30, le sixième bateau qu’il a acheté au fil des ans pour y arriver

Il était tout fier de ma la faire toucher le mois dernier lors d’une visite éclair au petit hameau accroché au bord du Lac à une vingtaine de kilomètres au sud de Plattsburg, là d’où le traversier vous amène à Burlington, au Vermont de l’autre côté. Et ce fut une agréable sensation d’y lire aussi le nom de mon ami Walter qui l’avait gagnée, dix ans plus tôt en 2000. J’admire la capacité de concentration de ces deux-là qui réussirent à garder le focus avec une telle ténacité pendant les quelques heures que dure la course pour être, à 10 ans d’intervalle, les premiers à franchir le fil d’arriver.

Je me rends compte que nous pratiquons deux volets d’un sport qui peuvent être tout aussi différents que le sont de ski de fond et la descente sur les pentes.  

Publicités

Une réflexion sur “J’ai mon permis de croisière

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s