L’aventure c’est l’aventure !!!

« Bon, c’est reparti! » diront mes fidèles lecteurs. Quand aux nouveaux venus, préparez-vous à en vivre des amusantes et quelques inimaginables dans le lot.

« Pourquoi tu ne le descends pas derrière ta voiture, si tu veux faire de la voile en Floride en hiver? » me disait Jean-Louis. Et il s’y connait, il l’a fait cette descente vers « La Florida » plus souvent que nous tous réunis. C’est pas que je ne veux pas faire de la voile en Floride cet hiver; je veux faire de la voile maintenant. J’ai passé l’été à « faire l’école de voile » et je ne suis pas sorti plus de 5 fois en tout et partout. Je suis en manque!

Moi, j’aime faire de la voile. J’aime ça arriver au port après une longue randonnée, bien sûr. Mais le lendemain au réveil, je suis prêt à repartir aussi tôt. J’aime ça quand le vent est fort, quand il est doux, quand il refuse aussi bien que lorsqu’il adonne.  Mon plaisir c’est de régler les voiles pour tirer le meilleur de ce que le vent me propose, quoiqu’il me propose. Puis maintenant que je n’ai plus d’échéancier à rencontrer je suis arrivé au stade de ma vie où je peux en profiter le plus et en plus grande sécurité. Et j’ai Renée ma Pénélope qui a tout compris ça et qui va me rejoindre ou m’attendre là-bas, après un vol confortable de quelques heures, selon ce que le vent me proposera .

La descente de Boucherville à Vero Beach, c’est 1300 Nautiques (2600 km). Deux heures trente en avion, trois jours en auto et mon choix: 45 jours en bateau. En partant au début d’octobre, je prévois être là à peu près en même temps que Renée qui partira à la mi-novembre. Comme ça, j’ai du temps pour les imprévus, les retards probables en cours de route et le temps de prendre le temps de vivre l’aventure.

Le chemin est facile à tracer. On part du Club nautique de Mézy vers l’est et on tourne à droite à Sorel puis c’est toujours tout droit… ou presque. Rivière Richelieu, Lac Champlain, Rivière Hudson (attention au amérissage d’avion de ligne), Océan Atlantique et/ou Voie maritime intracostale, selon la température annoncé et le degré de confort souhaité.

Puis c’est pas d’hier que l’on fait cette descente à en juger par la Carte maritime que Claude Bernou, un Récollet qui s’est intéressé aux activités françaises en Amérique, nous a tracée en 1682 pour nous y guider (Tirée de « La mesure d’un continent – Atlas historique de l’Amérique du Nord: 1492-1814, Septentrion, un magnifique recueil de cartes du Nouveau Monde).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s